AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 

 Make my heart go haywire ~ Lukamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Mer 29 Nov - 5:27    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Une jeune femme. Blonde. Avec une serviette autour de la taille, ainsi que sur la tête pour se sécher les cheveux, dans sa chambre, qui est en train de stresser comme pas possible. Ca... C'est moi. Et le pire dans tout ça ? L'amas de tenue qui étaient jonchés sur mon lit. Ce qui ne me ressemble absolument pas. Ca devait bien faire une demi-heure que j'étais là, à sortir tout ce que j'avais de mon placard, en grognant d'agacement. Pourquoi je m'énervais pour ça... C'est vrai quoi ... C'est pas un drame de ne pas savoir quoi mettre. Excepté lorsqu'il s'agit d'un rendez-vous. Ce n'est pas un rendez vous. C'est quoi alors ? Une... Une sortie amical. Rien de plus. Mais oui on y croit tous Amy. C'est pas comme si c'était moi qui l'avait attendu à la fin de son service à l'hopital. Il te plait ? Oui il me plait. Bon dieu, ca y est, je commence à me parler à moi même. Amy Sherman, choisis une tenue qu'on en finisse ! Mais pourquoi je suis allé lui parler aussi... Pourquoi nos échanges par téléphone sont si facile. Pourquoi quand on s'est de nouveau vu c'était un grand bol d'air frais ? Il suffit... Choisis un peu. Je me battais contre ma raison. Ca ne m'était plus franchement arrivé depuis bien quatre voire cinq ans. Puisque au fond, j'avais été déçue des hommes. Et surtout ceux que je ne connaissais pas depuis mon enfance, j'en étais devenu méfiante, et je restais plongé dans mon travail. C'était bien pour ça que cela faisait trois ans que j'étais dans cet appartement. Pour etre tranquille, travailler au calme jusqu'a l'heure que je veux, sans que personne me réprimande. Et là, je changeais ma conduite de vie. Pour un infirmier qui m'a simplement retirer une écharde du bras. Mais un infirmier craquant... Et ça recommence... Peut-être que les mecs ne sont pas tous comme ceux que j'ai pu rencontrer. Puis au pire, les amis, c'est aussi bien sympathique... Je tripotais la chaine que ma mère m'avait offert à mon dernier anniversaire. Une simple chaine, sans pendentif, mais qui avait son charme. Je regardais mes tenues, et pour un moment rare, je me sentis vraiment... fille. A hésiter comme ça. Tailleur ? Non, je ne suis pas au travail. Jean, débardeur ? Peut etre un peu trop simple. Robe ? Pourquoi pas, mais il ne fallait pas que ca fasse trop non plus. Je soupirais, je pourrais appeler ma mère tellement j'étais désespéré par mon cas. Mais je ne le fis pas, décidant de jouer dangereusement : Je fermais mes yeux et prit un tissu au hasard dans la pile de vêtement. Ce serait donc une robe verte. Que... J'ai du mettre une fois dans ma vie car je ne m'en souvenais plus. Et qui fait habit du quotidien... Il faudra vraiment que je pioche comme ça plus souvent. Je me changeais donc, puis retira la serviette de mes cheveux pour finaliser le séchage et les coiffer -même si, à peine laver, j'avais plus une crinière de lion qu'autre chose- puis attrapa mon téléphone. J'avais juste totalement oublié si Luke venait me chercher ou si nous avions convenu d'un point de rendez vous, je lui envoya donc un message pour savoir ce qu'il en était. Je ne dirais pas que je n'ai jamais été ainsi. Mais en tout cas... Pas depuis mes vingts ans. Mais Amy Sherman peut vivre... Ou commencer à vingt sept ans... Ce qui était pas mal non ? Je grognais encore contre moi même, remettant en place mes vetements puis repartant une nouvelle fois dans la salle de bain finir de me préparer, me maquillant au minimum, comme lorsque je travaillais. Maintenant, il ne fallait plus que j'attende, en m'occupant les mains, rangeant quelques petites choses dans l'appartement.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Mer 29 Nov - 14:07    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

« Drake, c’est bon, tu peux partir. »  « Mais il reste encore vingt minutes à mon service, je peux… »  « Non, ne t’en fais pas. Je ne voudrais pas te mettre en retard à ton rencard. » Un sourire espiègle apparut sur son visage tandis que moi, je rougissais comme pas possible. Qui s’était échappé concernant le rendez-vous que j’avais ce soir ? Certainement la majorité de mes collègues. Il avait suffi que je le dise à un de qui j’étais proche, pour qu’il le répète aux autres, et ainsi de suite. Heureusement, personne n’était au courant de l’identité de la personne que je voyais, encore moins des circonstances selon lesquelles je l’avais rencontrée. Je craignais que cela fasse trop de remous et que cela me cause des ennuis par la suite, je n’allais pas le nier, même si les premiers pas n’avaient pas été faits à l’hôpital, mais bien à l’extérieur de celui-ci. Peut-être, un jour, je me risquerais de tout raconter, mais je devais avouer que pour l’instant, j’aimais bien garder le tout pour moi, même si personne n’était dupe et que tous avaient vu que parfois j’avais un sourire idiot en coin quand je recevais un message pendant une pause, et qu’aujourd’hui, j’avais un peu la tête ailleurs. Je ne laissais pas mes patients de côté pour autant, certainement pas, mais disons que contrairement à d’habitude, j’avais hâte que le soir soit venu, que je puisse quitter l’hôpital, et retrouver Amy. Heureusement, ce moment était arrivé, plus tôt que je ne l’aurais cru. Évidemment ça ne me mettait pas à l’aise de planter mon boulot de la sorte, mais je devais avouer que d’un autre côté, cela ne m’attristait pas non plus. De ce fait, je n’insistai pas auprès de mon chef d’équipe, lui souhaitant une bonne soirée avant d’aller prendre mes affaires aux vestiaires et sortir de l’hôpital. Rapidement, je me rendis chez moi, et sans regarder l’heure, je pris une douche. En sortant, je taillai ma barbe convenablement, et je pris même le temps de mettre un peu de gel coiffant dans mes cheveux. Pas de quoi me la jouer à la John Travolta, juste pour dire que j’en avais fait quelque chose, que j’avais fait un effort pour être plus que présentable, parce que c’était ça que je voulais être; plus que présentable. Je ne me rappelais pas la dernière fois que je m’étais préparé à ce point pour une femme, ou pour qui que ce soit, mais j’avais ce sentiment au fond de moi que pour elle, ce ne serait pas chose vaine. Je savais qu’Amy et moi étions sortis ensemble qu’une fois, mais entre échanges de message, pensées pour elle et tout, je me rendais compte que j’avais un fort attachement à elle, elle me plaisait énormément. Au point de dire que j’étais amoureux ? Je ne voulais pas me précipiter trop vite, mais quelque chose me disait que si les choses continuaient d’aller aussi bien, ce serait fort possible. Et parce que je voulais les choses se passent pour le mieux, je refusais de laisser quelconque détail de côté. Dans cet ordre d’idées, j’avais même pris la peine la veille de choisir ce que j’allais porter, histoire de m’épargner de précieuses minutes. J’avais opté pour un jean noir, plus propre qu’un jean ordinaire, avec une chemise. Rien de bien compliqué, mais quand même plus rehaussé et élégant qu’un simple pantalon et un t-shirt. Et puis, je me disais que cela convenait très bien pour ce que nous avions prévu pour ce soir. Me déclarant prêt sitôt que j’eus chaussures aux pieds, je regardai l’heure, pour me rendre compte que j’étais largement d’avance par rapport à l’heure que nous nous étions fixée pour nous retrouver. Refusant de rester dans l’appartement à tourner en rond, je le quittai malgré tout, profitant de mon avance pour faire un détour chez un fleuriste, histoire d’aller lui acheter un bouquet de fleurs. Il y avait peu de temps de cela, Amy m’avait confiée, dans un message à tout hasard, ses fleurs préférées, d’où le fait que l’idée m’était venue. Cependant, une fois sur place, je pris quand même le temps de m’assurer que je choisissais la bonne sorte en relisant le dit message, même s’il me fallut de considérables minutes, compte tenu du fait que bon, des messages, nous en échangions à la pelletée ces derniers temps - et ce n’était certainement pas pour me déplaire. Une fois que ce fut vérifié, je pris un bouquet de tulipes de plusieurs couleurs, payai le tout, et je repris la route jusqu’à l’appartement d’Amy, là où j’avais convenu d’aller la chercher. Enfin, il me semblait que c’était ce que nous avions convenu, même si j’eus un doute lorsqu’une fois en bas de l’immeuble, je vis son message. Inquiet pendant un instant, je ne sus que répondre, mais au final, je décidai - pour une rare fois - de faire preuve d’audace, et plutôt que de me remettre en question, simplement lui répondre:  « Je suis devant chez toi. » avant de sortir de la voiture, me positionner du côté passager, prêt à lui ouvrir la porte, le bouquet entre les mains et le coeur battant la chamade probablement comme jamais auparavant.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Mer 29 Nov - 19:50    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Je devais bien avouer que sortir le soir ainsi n'était pas franchement ce que je faisais le plus souvent durant mes jours de repos ou même après avoir fini ma journée de travail. Bien sur, parfois, j'allais boire un verre avec des collègues, où bien j'allais voir des amis, mais je suis on ne peut plus omnubilé par mon travail, auprès du quel j'essaye toujours de me montrer en avance sur tout mes dossiers. Alors, ça me changeait assez ce genre de sorties programmées avec un homme. Cela ne m'arrivait même jamais en réalité. Je finirais certainement vieille fille, aigri et vivant avec une colonie de chat. Bien que je déteste ces bêtes. Je me mis à rire, puis entendit mon portable vibrer sur ma table en verre. J'alla donc le prendre avant qu'il ne fasse plus de bruit pour lire le message que je venais de recevoir. Il était en bas ?!  Je n'étais pas encore prête ! Je me dépêcha un peu, enfilant des bas -ou bataillant avec ?- puis je finis par mettre mes chaussures. Je prépara mon sac comme je pus, espérant que je n'oubliais pas mon porte-feuille ou autre. Je sortis, fermant mon appartement à clef avec de descendre rapidement les escaliers -ne tombant même pas ! Qu'est-ce que j'etais fiere !- pour finalement sortir du batiment et trouver la voiture du jeune homme devant chez moi, comme il l'avait dit, avec ce dernier devant. Je pressais le pas pour le retrouver, rougissante à souhait lorsque j'arriva près de lui. « Pardon je suis un peu en retard... » Fis-je en remettant correctement ma robe qui s'était un peu relevé quand j'avais dévaler les escaliers. En vérité, je n'avais absolument pas vu l'heure qu'il était, ne sachant pas que c'était plutot lui, qui était on ne peut plus ponctuel pour ne pas dire à l'avance. Il était... Très classe comme ça, je ne pouvais le nier -ayant pris le temps de regarder malgré tout-. Je n'étais pas vraiment du genre à flasher sur les hommes, puisque la plupart du temps, je les ignorais royalement. Mais oui, pour une fois, j'avais pris une initiative qui s'avérer être à double tranchant, et j'espérais que dans mon fond intérieur, j'avais bien fais. Alors, lorsqu'il m'offrit le bouquet, j'ouvrais grand la bouche, alors qu'un sourire se dessinait longuement sur mes lèvres. « Des tulipes ! Elles sont sublimes... Merci Luke ! » Puis, pour lui dire bonsoir et le remercier, je me pencha pour lui déposer un bisou sur la joue. En plus de cela, il la jouait gentleman, m'ouvrant la porte pour que je puisse prendre place. Je me mis à rire un peu, n'ayant absolument pas l'habitude qu'on me traite de la sorte -en soit on avait rarement affaire à moi en conséquence...- Je m'installa donc dans sa voiture, le laissant fermer la portière. Je m'extasiais un peu sur les fleurs, caressant les pétales doucement, regardant leurs couleurs. Il prit donc place du côté conducteur, et je mis tranquillement ma ceinture. « Ca a été cette journée de travail ? » Puisque j'avais eu le temps de l'embeter un peu par message aujourd'hui, car j'étais en congé, et que j'avais fais tout le travail que j'avais pris à la maison ce matin pour m'avancer un peu et pouvoir profiter de cette soirée en toute quiétude pour mon plus grand plaisir. Je posais donc mon sac à mes pieds, sachant très bien notre destination, et ayant hâte d'y être à ses côtés.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Jeu 30 Nov - 2:37    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Quelques instants après que je me sois garé devant l’immeuble où vivait Amy, comme je l’avais appris tout récemment, je ne vis pas la porte s’ouvrir et je ne sentis pas mon téléphone vibrer dans la poche de mon jean, me signifiant que probablement, elle faisait silence radio. Était-ce parce qu’elle n’avait pas vu le message ? Que j’avais mis tant de temps à répondre que finalement, elle avait pris la route vers la promenade, prenant pour acquis que c’était là que nous devions nous retrouver ? En me remettant en question de la sorte, je commençai à me sentir quelque peu nerveux, ne sachant pas si je ferais mieux d’attendre ou bien de bouger. Au bout du compte, avant que je ne me décide à faire quoi que ce soit, la porte de l’immeuble s’ouvrit, me permettant de finalement apercevoir la jeune femme qui s’approchait du véhicule, vêtue d’une robe qui lui seyait à merveille, un peu comme celle qu’elle portait lorsqu’elle s’était présentée aux urgences. Celle-ci était moins claire, moins brillante, mais il n’en demeurait pas moins qu’elle lui faisait bien et, en mon sens, faisait ressortir la brillance de son regard, de son visage, qui me donnait à tout coup envie de sourire. Cette fois-ci ne fit pas exception à la règle; en plus de me sentir soulagé qu’il n’y ait pas eu de malentendu, je lui servis un sourire pour lui signifier que j’étais content de la voir, à défaut de pouvoir lui dire quoi que ce soit. Je ne parvins même pas à prononcer un mot quand elle vint à s’excuser d’être en retard, me contentant de tout simplement secouer la tête pour lui signifier qu’elle n’avait pas à me demander pardon, ou même penser qu’elle était en retard. En revanche, je ne parvins pas à lui signifier que c’était moi qui avait de l’avance, rien d’autre. Reprenant mon sérieux, commençant à me sentir quelque peu idiot, je me contentai de simplement lui tendre les fleurs, histoire de lui signifier que celles-ci étaient pour elle. Rapidement, elle s’en réjouit, ce qui finit de me rassurer. Je pensai même pendant un instant que j’allai finir par pouvoir reprendre la parole, mais le baiser qu’elle vint me donner sur la joue, m’arrachant un nouveau sourire un peu niais, un peu idiot, me faisant même quelque peu rougir au passage, sans que je m’explique pourquoi. Était-ce parce que je tenais vraiment à lui faire plaisir et que je me rendais compte que c’était mission accomplie ? C’était possible. Quoiqu’il en soit, il fallait que je reprenne contenance, ce que je fis en secouant légèrement la tête, puis en lui disant:  « Ça fait plaisir… » Ce n’était certes pas grand-chose, mais c’était mieux que rien. Me bougeant un peu plus quand même, je décidai de ne pas rester planté là plus longtemps, ouvrant alors la portière pour laisser Amy s’y installer. Une fois que ce fut fait, je la refermai, puis je contournai le véhicule pour m’installer côté conducteur. Bouclant ma ceinture, je remis le contact, puis je mis la voiture en marche pour aller à destination. Le fait que je vienne à conduire ne m’empêcha toutefois pas d’entretenir la conversation avec elle, d’où le fait que je ne mis pas de temps à répondre à sa question:  « Oui, c’était tranquille quand même. » J’aurais pu entrer dans les détails, mais la vérité, c’était que les détails les plus croustillants, elle les connaissait déjà, puisque je lui en avais fait part plus tôt, lors de nos nombreux échanges, à savoir dès que j’avais un moment de répit, une pause. Ce n’était pas toujours comme ça, puisque ce n’était pas tous les jours qu’elle pouvait me répondre presqu’automatiquement, mais je devais avouer que j’aimais bien lui parler de ma journée, même si bien sûr, je faisais attention de ne pas être trop ennuyant, et de ne pas en faire un monologue. Pour cette même raison, je ne tardai pas à lui demander en retour:  « Et toi, cette journée de congé alors ? », ne lui posant pas la question que pour être poli, mais parce que j’étais curieux de savoir comment elle s’était occupée, autrement qu’en répondant à mes messages. J’avais envie d’en savoir plus sur ce qu’elle faisait de ses temps libres, comment elle occupait ses journées, j’avais envie d’en savoir plus sur elle, puisque cela me plaisait grandement depuis quelque temps, et je ne voulais pas que cela s’arrête.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Jeu 30 Nov - 4:08    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

J'adorais les fleurs, elles ont bercés une bonne partie de ma vie, de part le cimetière, où j'allais souvent, ou bien le fait que j'aimais m'isoler dans le jardin de la grande maison familiale depuis gamine, alors je m'y interessais, dans leur globalité, et leur langages, leur significations, c'était plus un passe-temps qu'autre chose, mais au moins, ça m'occupait durant bien des moment, mais ce n'était pas ça qui meublerait une conversation. Je ne me voyais aucunement parler de ça, je passerai certainement pour une fille bizarre... Ou qui n'a rien à faire de son temps libre -et c'etait peut etre le cas-. Alors oui, ces fleurs, c'était un cadeau on ne peut plus adorable pour moi, les regardant toujours pendant la route, alors que je lui posais une question sur sa journée. Bien évidemment, j'avais fait partie de cette journée, par téléphone, à chaque vibration, je prenais mon portable et j'avais ce sourire aux lèvres, ce sourire qui ne s'effaçait pas, tant et aussi longtemps que l'on dialoguait ensemble et qu'importe l'heure qu'il était. Et, parce que je faisais partie de cette journée, sa dernière m'interessait. En soit, elle m'interessait déjà de base, parce qu'il s'agissait de lui, et qu'il était tellement gentil qu'il méritait qu'on s'y interesse. Je me mis à sourire un peu plus lorsqu'il vint à dire que c'était tranquille. Des urgences tranquilles, c'était pas mal, après, je ne pourrais pas dire si c'était si bien que ça ou autre puisque je n'étais pas du métier. Pas d'un métier où il fallait garder son sang froid dans diverses situations et surtout, très rapidement, et pour cela, je respectais ce corps de travail. Puis il me retourna la question. Qu'est-ce que je pouvais dire ? C'était un jour de congé normal... Basique... Pas vraiment interessant en soit. « Ca a été. Même si mes congés je les compte en demi-journée. J'ai rempli plein de dossier administratif, et j'ai été remplir mon frigo aussi... C'est mieux pour manger à vrai dire haha... Mmmh... Sinon j'ai pas arrêté de parler à un infirmier assez sympathique. Une journée de congé normal quoi... » Je me mis à rire un peu, regardant un peu la route sans y prêter plus que ça attention pensant juste aux futurs journées qui allaient suivre, et qui n'allait pas être franchement joyeuses, enfin en tout cas, je le pensais fortement. De ce fait, cette soirée était simplement une aubaine pour moi. Et bien que je ne voulais pas plus en parler que ça depuis ce matin, j'en vins à lui dire ce qui me tracassait, bien que ce n'était rien de très grave. « J'ai rempli un dossier pour aller chercher un petit garçon dès demain. Et les centres spécialisés et les refuges sont pleins à craquer, alors si rien ne se libère, si on ne trouve pas une solution, je vais devoir vivre avec un enfant de cinq ans sous mon toit. » C'était déjà arrivé à des collègues, mais jamais à moi, car je faisais toujours en sorte de trouver un foyer d'accueil opérationnel, mais là, j'avais eu beau appeler tout le beau monde que je connaissais rien. Je me mis malgré tout à rire. « Tu te rends compte ? Alors que je sais même pas esquiver le bord d'un bureau qui est usé ! » Mais au moins, ça m'avait permis de rencontrer un homme plein de charme, même si à mon sens, il devait faire tomber de nombreuses filles avec ce sourire qui me faisait moi-même craquer. Je me mis à rougir légèrement à cette pensée, tournant la tête pour le scruter timidement, ayant toujours cette petite gêne à ces côtés. J'avais cette impression, cette peur de déranger au final, meme si je suppose qu'elle n'avait pas lieu d'être, puisque j'aimais passer du temps avec lui -comme cette sortie ou même virtuellement parlant avec nos messages- et je supposais que lui aussi, sinon il n'aurait pas peiné à y répondre ni même à m'inviter. « Ce rendez vous avec toi va me détendre au plus haut point... » Et c'était faute perdue d'essayer de camoufler le rouge que j'avais aux joues...

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Jeu 30 Nov - 13:52    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Je devais avouer que je me montrais impressionné, voire admiratif, de constater que même lorsqu’elle avait congé, Amy était capable de se plonger la tête dans le boulot, poursuivre ses dossiers, faire comme si en fait, on l’avait autorisée à travailler de la maison et voilà tout. Personnellement, j’adorais mon métier, mais sur le moment présent. Quand j’étais en congé, je décrochais autant que possible, afin de mieux reprendre le lendemain. Après, il était évident que les circonstances étaient bien différentes, mais voir à quel point elle aimait son boulot, comment elle était prête à tout pour aider ces personnes en difficulté, c’était quelque chose de beau à voir, et c’était ce que j’admirais tout particulièrement chez elle. Puis, mon admiration ne fit que croître au moment où elle vint à me confier qu’elle allait s’occuper du cas d’un enfant, enfant à qui il fallait trouver un foyer d’accueil, sans quoi elle devrait le prendre chez elle. Cette partie où elle était prête à l’accueillir dans sa demeure, même si ce n’était sûrement que temporaire, cela aurait, m’impressionnait, puisque ça faisait partie du dévouement qui faisait partie de ses qualités qui me plaisaient chez elle. Malgré tout, ce ne fut pas avec un air ravi ou quoi que ce soit du genre que j’accueillis la nouvelle, voyant bien que cela ne semblait pas la rendre à l’aise. Je gardai donc un air qui se voulait neutre, me permettant seulement un petit sourire quand elle vint à relever l’incident qui l’avait conduite aux urgences dans un premier temps. Ce fut qu’après que je repris la parole, même si ce ne fut pas du ton le plus assuré qui soit:  « Je crois que dans ce genre de situation, l’enfant a surtout besoin qu’on s’intéresse à lui, afin qu’il ne se sente pas relayé au dernier plan… Donc si tu lui accordes un peu d’attention, je suis sûr que ça ira. » Et ça, ça s’appliquait qu’importe si elle le gardait chez elle ou pas. Personnellement, j’avais eu à faire avec des enfants qui se retrouvaient aux urgences, à défaut que les parents trouvent une baby-sitter, au vu de la situation. Certains ne s’en occupaient pas, mais mon chef d’équipe, lui, avait pour règle qu’il ne fallait pas les laisser de côté. De ce fait, un de mes collègues, ou parfois moi-même, se retrouvait à s’en occuper, ne serait-ce qu’en allant leur tenir compagnie un moment. Voilà d’où j’avais appris tout ça, à mes propres dépens la plupart du temps. Mais après, je me doutais bien que je n’avais pas besoin de faire tout un cours à Amy, persuadé qu’elle serait bien capable de s’en tirer. Pour cette raison, histoire de lui montrer que je ne m’éterniserai pas sur le propos, je lui dis:  « Bonne chance, en tout cas. » avec un sourire un peu plus timide, profitant du fait que nous étions arrêtés à un feu rouge pour la regarder avec un air qui se voulait rassurant, espérant lui montrer par la même occasion que si jamais elle en avait marre, qu’elle voulait en parler, s’extérioriser, elle n’aurait qu’à prendre son portable pour me rejoindre, que ce soit pour m’envoyer un message ou m’appeler. J’aurais bien voulu ajouter pour qu’elle m’invite afin de l’aider un peu, mais je me disais que là, pour tout de suite, ce serait un peu trop demandé. Gardant cette distance raisonnable donc, je me concentrai de nouveau sur la route, ce qui ne m’empêcha toutefois pas de sourire quand elle passa un commentaire concernant notre rendez-vous. Content qu’elle le voie d’un oeil positif de la sorte, je lui répondis:  « J’espère bien pouvoir te changer les idées alors. », histoire de lui montrer que si jamais elle ne voulait plus parler boulot, histoire de réellement se détendre, alors clairement, je ne lui en voudrais pas, pas le moindre du monde. Encore mieux, elle pourrait commencer dès maintenant, considérant le fait que peu de temps après mes derniers propos, nous arrivâmes aux abords de la promenade. Ne pouvant laisser mon véhicule comme ça, au milieu de l’allée piétonne, il fallut que je trouve une place. Normalement, ce n’était pas chose simple, mais là, ce ne fut pas tant un problème. Une fois que j’eus trouvé une place convenable, je ne tardai pas à la prendre, garant ma voiture convenablement avant de couper le contact et annoncer, même si c’était carrément inutile:  « Voilà, nous sommes arrivés. » Puis, je refis le chemin inverse de précédemment, c’est-à-dire que je débouclai ma ceinture de sécurité, sortis de la voiture, histoire de la contourner pour revenir de l’autre côté, ouvrant la portière à ma passagère, prenant aussi le risque, après une brève hésitation, de lui tendre la main afin de l’aider, en toute galanterie, à sortir de la voiture.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Jeu 30 Nov - 17:29    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

La route n'était pas très longue, et pas assez courte pour ne pas avoir de discussion, c'était un juste milieu, puisque j'habitais à demi-lieu de la plage. J'aurai pû me prendre à appartement près de là, afin de pouvoir me détendre en allant promener dans le sable parfois, mais je préférais que ce soit plus proche de chez mes parents, de chez mon frère et aussi plus proche de mon travail, car il y avait une chose que je préférais par dessus tout, et c'était dormir, bien que je ne dormais pas vraiment bien mais au moins, j'arrivais à ne pas avoir de vilaines cernes sous les yeux. Le brun me donna des conseils, conseils que j'appliquais bien souvent au travail, sans pour autant savoir si je saurais les suivre chez moi. Mais cela me fit malgré tout plaisir qu'il me les donne. Il savait de quoi il parlait à l'écouter, puis, à son encouragement, je le remercia dans un murmure, en souriant toujours. C'était fou mais... Je n'arrivais pas à arrêter de sourire quand j'étais en sa présence, il a une aura rassurante, sympathique, qu'on a envie de suivre et avec qui on se sent bien. En tout cas, c'est mon propre ressenti à son sujet. Je me mis à ricaner un peu lorsqu'il répondit à mes dires à propos de la soirée. Oui je la voyais comme quelque chose de rare, et que je savais agréable au vu de notre première sortie à deux. Cela faisait tellement longtemps que je ne m'étais pas amusé comme ça. Ca devait bien remonter à une voire même deux années, quand je daignais sortir avec des amis, et que je buvais un peu pour me décoincer. Mais ici, je n'avais pas besoin, même d'un verre pour être à l'aise. Cela se faisait tout naturellement, même avec des gens autours. « Je suis sûre que tu vas y arriver. Parce que je suis certaine qu'on va s'amuser ! » Parce que pour moi, c'était simplement une évidence. Ce n'était pas comme si le jeune homme devait se forcer pour qu'elle le soit, puisque depuis nos échanges, j'étais joyeuse, en tout temps, et cela se voyait, car on me demandait parfois si j'allais bien -notamment mon épicier, un homme agé totalement adorable-. De là à dire que c'était de l'amour ? Peut etre pas... Je n'en savais trop rien, puisque le peu de petits amis que j'avais eu, et que j'avais aimé, je n'avais pas ressenti cette sensation que j'ai à présent. Le temps que je réfléchisse un peu à la question, nous étions arrivé, sans que je m'en rende compte, alors lorsqu'il l'annonça, je me mis à regarder autour, pour voir que l'on été arrêté et qu'en effet, nous étions sur la promenade, et, d'une façon un peu nulle, je sortis un :« Ah oui ! ». Parce que je venais de le remarquer tout simplement. Je défais ma ceinture tranquillement alors qu'il était déjà sorti de sa voiture, m'ouvrant la portière, et continua de jouer les gentlemans en m'offrant sa main afin de m'aider à me redresser. Ce n'était pas de refus, et je la pris avec plaisir pour sortir et apprécier le temps de Miami. Je posa le bouquet sur le siège où j'étais précédemment, m'expliquant un peu : « Je ne veux pas les abîmer...  » J'étais on ne peut plus gênée, et j'espèrais qu'il ne le prenne pas mal, car je ne les prenais pas avec nous. Car je voulais simplement qu'elles soient toujours aussi jolies lorsque je les mettrais dans un vase chez moi. J'attendis donc qu'il ferme sa voiture pour commencer à avancer vers le passage piétonnier. Le temps était en notre faveur, il faisait vraiment beau et bon, puis était-ce raisonnable de parler de la vue ? Bien que j'avais grandis dans cette ville, je ne me lassais pas et je me disais que j'avais de la chance d'être née dans une ville aussi belle. « Alors Monsieur Drake ? Par où allons nous ? Je suis tout ouïe ! » Fis-je avec un faux air de fille qui posait la question sérieusement, alors qu'en soit, j'étais simplement taquine, comme je l'étais quand j'étais simplement moi-même.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Jeu 30 Nov - 23:38    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Ce fut avec un petit sourire que j’accueillis le commentaire de la jeune femme concernant notre soirée qui venait tout juste de commencer, choisissant de ne pas ajouter quoi que ce soit, puisque non seulement, il n’en demeurait pas moins que je ressentais cette légère pression de bien faire, de ne pas faire de faux-pas ou quoi que ce soit du genre, mais de plus, ce fut à ce moment que nous arrivâmes sur place et que je dus garer la voiture, comme Amy put le constater, au vu de ce qu’elle vint à lâcher. Ne lui en voulant clairement pas, je me contentai de sourire, surtout pour moi-même, compte tenu sur j’étais sur le point de sortir de la voiture et donc, de lui faire dos. Ce sourire me suivit jusqu’à l’autre côté du véhicule, là où j’ouvris la porte, tendant la main pour aider la compagne de ma soirée, peu certain que ce soit une bonne idée ou pas, mais tentant le coup malgré tout. Heureusement pour moi, ce fut avec ce que j’estimais être peu d’hésitation qu’elle me prit la main, me permettant alors de l’aider à sortir de la voiture, non sans qu’au contact de nos mains, je sente une décharge électrique que je ne saurais expliquer. Gardant ma contenance, ce fut toutefois presqu’un soulagement de la voir se retourner de nouveau vers le siège, puisque cela me permit de ne pas perdre le contrôle de moi-même et ainsi, lui servir un sourire des plus naturels et ravis quand elle vint à me signifier qu’elle préférait laisser le bouquet de fleurs soigneusement placé sur le siège, histoire de ne pas les abîmer. Parce que bien sûr, cela me faisait plaisir de voir qu’elle tenait à ce présent que je lui avais apporté à ce point. Ne pouvant donc pas m’y opposer, je la laissai faire, refermant la porte de la voiture par la suite, verrouillant les portières avec mes clés juste avant que nous commençâmes à nous éloigner du véhicule. Lorsque je m’assurai que c’était chose bien faite, je tournai de nouveau la tête vers la jeune femme, écoutant sa question sans toutefois trop savoir quoi y répondre. Au même moment, nous arrivâmes sur la promenade, là où on pouvait voir se dessiner plus loin certaines boutiques, stands, et même quelques manèges derrière. Bref, c’était bien la promenade où je m’étais rendu plus d’une fois quand j’étais enfant, compte tenu que mon frère, ma soeur et moi-même, nous adorions cet endroit. Nos parents, un peu moins, considérant que toujours, nous voulions avoir une peluche venant d’un jeu d’adresse quasiment impossible, ou bien nous voulions passer notre temps dans les manèges, ce qui n’était pas donné, et pas toujours divertissant pour eux. Maintenant adulte, je l’appréciais toujours autant, mais pour des raisons un peu différentes; j’aimais l’ambiance, j’aimais le paysage, j’aimais juste passer du temps ici, et quelque chose me disait qu’en compagnie d’Amy, ce serait encore mieux, si nous trouvions quoi faire, bien évidemment. Ne sachant pas trop quoi lui proposer exactement, je me contentai de simplement lui dire:  « Et bien, si on continue tout droit, il y a des petits restaurants, des jeux, des boutiques… » Oui, j’étais en train de lui raconter tout cela alors que probablement, elle était déjà au courant. Me ravisant de jouer les guides touristiques, je décidai plutôt de lui dire:  « Sinon on peut toujours marcher et aller à un endroit ou un autre quand on en a envie. » Ou bien si elle, elle en avait envie, ou bien si je venais à lui proposer une destination. Jamais je ne saurais m’imposer, je n’étais pas comme ça, et ça, probablement l’avait-elle déjà remarqué. Comme pour mettre mes propos en application, je regardai au loin, pointant soudainement un marchant ambulant à quelques dizaines de mètres, lui disant, d’un air amusé:  « J’ai toujours pensé que c’était ce marchand qui faisait les meilleurs hot dogs de la promenade. » Puis, ce fut en lui désignant l’endroit où il se trouvait que je me rendis compte que j’avais bien fait de lui montrer de la main gauche, puisque de la droite, cela n’aurait pas été possible, ou du moins, pas sans que je lâche sa main, qui était toujours dans la mienne. Le remarquant pour la première fois, mon coeur manqua un temps, et quelque peu paniqué à l’intérieur, j’en vins à me demander si je ne ferais pas mieux de la retirer, pour finalement me raviser. Non seulement, Amy ne semblait pas trop être embêtée par ce fait, mais plus encore, je devais avouer que le fait de ne pas l’avoir remarqué entre la voiture et maintenant me faisait comprendre que ce n’était pas source d’inconfort et qu’autre contraire, c’était limite naturel, voire réconfortant de lui tenir la main ainsi. Après, je n’irais pas jusqu’à entrelacer nos doigts, trop timide pour cela, mais au bout du compte, je n’eus aucun mouvement de recul, n’abusant juste pas de la situation pour le moment, préférant plutôt en profiter, profiter du bien-être que cela m’apportait de marcher ainsi à ses côtés et ce, même si nous venions tout juste de commencer.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Ven 1 Déc - 3:37    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

La promenade était plus calme qu'a l'habitude. En tout cas, quand je m'y rendais, c'était toujours peuplé. Peut être était-ce l'heure ou le jour, mais cela faisait du bien, à mon sens, que ce soit ainsi. Après, même si nous avions décider de nous y rendre pour se voir une nouvelle fois avec Luke, il faut avouer que notre programme n'était pas vraiment inscrit, bien qu'il y avait beaucoup de chose à faire, quitte à même simplement parler et marcher simplement en profitant de l'air, de la vue, cela me suffisait amplement aussi. Mais je lui demandais malgré tout le chemin à prendre, puisque nous étions deux, son avis comptait, beaucoup plus que le mien pour le moment, puisque je n'étais pas du genre à choisir, à mener, et toutes les propositions m'allaient en général. Puisque je n'étais pas difficile, et ce depuis bien longtemps. Je n'étais difficile qu'envers moi-même quand je faisais un faux pas, j'étais exigeante simplement avec moi-même. De ce fait je l'écoutais, sans l'interrompre ou même lui répondre pour le moment, alors qu'il me disait le contenu de l'allée si nous continuions tout droit pour ensuite changer la direction de ses dires, proposant simplement de marcher pour aller a un point que l'on aurait décider, et que l'on pourrait changer dès qu'on le voulait. J'acquiescais tranquillement de la tête, ne faisant pas la fine-bouche, puis ce serait toujours mieux que moi, qui n'avait aucune proposition à faire. Bien vite, il pointa du doigt un marchand, m'expliquant une de ses pensée. Je me mis à rire légèrement. Qu'importe ce qu'il disait, je trouvais qu'il était expressif, et là, sur le coup, il vendait bien son produit. Il devait être vingt heure passé, et je n'allais pas vérifier sur mon portable pour le savoir, mais j'avança, le tirant un peu par la main, venant d'y faire attention, qu'au final, j'avais laissé ce contact s'allonger depuis la voiture, mais maintenant que je le tirais un peu en avant, je n'allais clairement pas le lacher, cela ferait certainement bizarre, puis j'étais quelqu'un de tactile, avec tout ceux que j'appréciais tant soit peu, bien que là c'était quelque peu différent, parce que oui, j'appréciais Luke, mais il me plaisait aussi, rendant la chose un peu plus compliqué dans ma reflexion. « J'ai pas mangé de la journée, c'est l'occasion de te donner mon avis non ? Puis comme ça on peut marcher tranquillement en même temps ! » Je lui adressa mon plus beau sourire -pas du tout forcé- pour aller jusqu'au marchand non loin. Je n'étais pas du genre à me dire qu'un hot-dog pendant un rendez-vous pourrait être bizarre, pour moi, ca rendait la chose bien plus atypique, moins classique et pour ma part, je trouvais ça mieux, plus attrayant. Alors je fis simplement une commande, prenant un hot-dog classique, et le payant -ayant donc laché la main du brun- pour laisser Luke prendre aussi quelque chose s'il le souhaitait lui aussi, et au fond, je prefererai ne pas être la seule à manger, car ça pourrait tres certainement me gêner mais je n'allais pas l'obliger par ailleurs. « Je vais pouvoir te dire si tu as raison maintenant ! » Fis-je amusée, en rangeant bien mon sac sur mon épaule puis je croqua dans le pain, tandis que ma main libre revint prendre la sienne, pour avancer vers le chemin où il y avait maintes activités au loin. Nous avions tout le temps d'y aller de toute manière. « Mmmh ! Je confirme... Ca doit même etre le meilleur que j'ai jamais mangé même ! » Je n'exagérais même pas, en soit, je n'en avais jamais manger beaucoup, mais ca me rappelait les soirées Match de Baseball au stade qu'on faisait avec mon grand frère et mon père, alors que ma mère râlait qu'elle voulait que je reste à la maison avec elle alors que je refusais de rester une soirée avec elle à regarder des films à l'eau de rose. Je me mis à rire encore une fois, venant finalement à lui dire : « Ca va, tu as bon gout ! Même si pour l'instant je sais simplement tes gouts en matière de film et de Hot dog haha... » J'étais un tantinet gênée de le dire, mais au moins, j'étais franche, c'était l'important non ?

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Ven 1 Déc - 13:22    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

En parlant de ce fameux marchand ambulant, je n’avais pas l’intention de proposer de manger quoi que ce soit pour le moment. Enfin, peut-être que si, au fond, cela signifiait en sous-entendu qu’à un moment ou un autre, manger un morceau ne serait pas de refus, compte tenu que je n’avais rien eu le temps de manger depuis ma pause-repas à l’hôpital, mais après, nul besoin que ce soit aussi banal. Nous pourrions toujours arrêter dans un restaurant ou quelque chose du genre. Mais ça, c’était que mon avis, avis que visiblement, ma compagne de la soirée ne partagea pas, choisissant d’emblée de se rendre à cet endroit que je venais de lui montrer, déterminée à aller manger un hot dog à cet endroit. D’abord surpris, je me sentis quelque peu coupable dans la foulée, compte tenu du fait que bon, un hot dog, ce n’était clairement pas ce qu’il y avait de plus mignon. Mais au bout du compte, puisque cela semblait sincèrement la réjouir de l’essayer, je finis par cesser de m’en faire, hausser les épaules, puis dire:  « Bon d’accord, allons-y ! » Et puis, ce n’était pas comme si nous étions sur le point de manger quelque chose qui ne me plaisait pas. Cela faisait un moment que je n’étais pas venu sur la promenade, mais les bons souvenirs que je conservais de cet endroit étaient suffisants pour envisager que du positif. Quelques instants après, nous arrivâmes devant le commerçant, passant notre commande respective, et la payant par la même occasion, séparément. Pour sûr, j’aurais bien aimé pouvoir payer celle d’Amy, mais celle-ci avait été plus rapide que moi, comme elle avait été plutôt vive au moment de reprendre ma main dans la sienne. Pour la première partie, cela me chicotait un peu, mais je n’en fis rien, histoire de ne pas mettre de la malaise, me disant que je pourrais toujours me rattraper. Pour la seconde, ça, je ne pouvais pas m’en plaindre. Plus que ravi qu’elle semble trouver cela aussi naturel que moi, je continuai à marcher en sa compagnie tout en mangeant mon encas, ne manquant pas de considérer Amy tandis que celle-ci me disait qu’elle appréciait ce qu’elle était en train de goûter, encore plus que tout ce qu’elle avait pu manger de semblable auparavant. Plus que satisfait, ce fut un large sourire que je lui servis, en lui disant, avec sincérité:  « Vraiment ? Content que ça te plaise alors. » Sur ces mots, je repris une autre bouchée de mon hot dog, lui donnant alors l’occasion de venir passer un commentaire que je ne sus pas interpréter de façon juste et directe dans un premier temps. Est-ce que cela signifiait quelque chose en particulier ? Le fait qu’elle voulait en savoir plus ? Ou bien que c’était suffisant ? Peu certain, je cherchai prestement comment réagir, pour finalement faire quelque chose qui ne me ressemblait pas, mais qui, pour le moment, même si c’était tout simple, avait payé; prendre un risque. En sortant de la voiture, j’avais pris le risque de lui tendre la main pour l’aider à sortir, et voilà que maintenant, elle semblait ne plus vouloir la lâcher, pour mon plus grand plaisir. Plus confiant pour le coup, je pris donc un nouveau risque, en venant à lui demander, sur un air un peu plus taquin, mais également sérieux:  « Y aurait-il autre chose que tu voudrais savoir ? » En gros, j’avais supposé que si jamais elle disait cela, c’était que pour elle, ce n’était pas suffisant, et puisque nous étions là pour apprendre à mieux nous connaître, franchement, ce n’était pas un problème de répondre à ses questions. Avec elle, j’avais la sensation que je pouvais me permettre d’être un livre ouvert. Jamais, quand je répondais à mes messages, je ressentais une pression, un besoin de lui cacher quelque chose. C’était toujours naturel, comme si j’avais envie de partager tout cela avec elle. Donc si elle voulait en savoir plus, je n’allais pas l’en empêcher, comme je venais de le lui montrer. Plus encore, comme pour lui signifier à quel point ça ne me gênait pas, je m’octroyai même la permission de délicatement glisser mes doigts entre les siens, rendant l’étreinte de nos mains plus significative, mais également plus agréable. Encore un risque que je venais de prendre, et qui, je l’espérais, ne serait pas trop déplacé pour le coup.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Ven 1 Déc - 17:08    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Je devais bien avouer que même si j'avais été faire les courses pour moi ce midi, je n'avais pas pris le temps de prendre un bout en même temps, ce qui faisait que j'avais quelque peu faim, je n'avais pas honte de prendre un Hot-dog chez un marchand ambulant, puis ce n'est pas comme si Luke m'y avait vraiment incité, non, il avait simplement dit sa pensée en le voyant aussi proche de nous, mais moi, cela m'avait assez convaincu pour que j'en arrive à croquer dedans pour être en total accord avec le jeune homme. Le brun était tellement simple, naturel, que j'avais toute confiance en son jugement et bien autre. C'est étrange ce genre de sensation, bien que comme je venais de le dire, je ne connaissais pas grand chose de lui, je me sentais aussi à l'aise qu'avec mes amis de lycée, ce qui était bien rare, surtout en rencontrant les gens dans le genre de situation où je pouvais être totalement ridicule, car en soit, venir aux urgences car on a une douleur au bras lancinante depuis quelques heures, pour moi, c'était une perte de temps, enfin, surtout pour les gens travaillant là-bas.
Alors, comme pour répondre à ma demande très... subtile ? L'infirmier vint à me demander s'il y avait des choses que je voulais savoir, sur un air que je ne saurais pas franchement décrire, mais qui me mettait dans une confiance ahurissante, moi, Amy Sherman, déçue des hommes et qui depuis, et méfiante comme pas deux. Je levais les yeux, réflechissant en reprenant une bouchée, l'avalant tranquillement. Ma réflexion fut mise à rude épreuve quand il entrelaça nos doigts. Allais-je m'en plaindre ? Certainement pas, même si cela ne retins pas ma contenance, plaçant correctement ma main, mes doigts entre les siens en serrant très légèrement pour ne pas lacher ce contact qui avait réussit à me perturber et à me faire d'autant plus rougir, bien que j'essayais de ne pas vraiment le regarder, de sorte à ce qu'il ne le remarque pas. J'haussa les épaules quelque peu, avant de sortir, peu sûre de moi : « Je sais pas... Ce que tu aimes en général... Tes hobbys, ou la musique que tu écoutes, j'ai pas beaucoup d'idées mais parle moi de toi ! » Il y avait deux raisons du pourquoi je lui demandais : La première, c'est que ces informations m'intéressaient réellement, que peut importe si cela nous fait des points communs ou pas, j'avais envie d'en apprendre plus sur sa personne, sur ce qu'il aime, ce qui l'intéresse. Et la deuxième c'était simplement comme je l'avais déjà dit, mais Luke avait une façon de parler, d'expliquer ou autre qui ne me lassait pas et que, j'en suis certaine, je pourrais l'écouter des jours entiers. Je reprenais un morceau, tranquillement, appréciant le moment agréable que nous passions, comme si cela avait toujours été ainsi, alors que ce n'était absolument pas le cas. Puis en rigolant un peu, j'ajouta : « Et ne me fait pas le coup de 'il n'y a pas grand chose à dire sur moi' ! C'est ma phrase fétiche à moi ! » Parce que j'avais l'habitude d'entendre ça à mon travail et surtout, j'avais l'habitude de le dire quand un homme venait trop insistant pour me connaitre et que je n'en avais pas l'envie.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Sam 2 Déc - 0:52    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Généralement peu expressif et difficilement du genre à être celui qui va parler de lui-même pendant un bon moment, je n’avais pas pour habitude de me présenter, me définir. Mais avec Amy, étrangement, cela ne me gênait pas, à condition qu’elle vienne à me guider sur ce que je pourrais lui dire, histoire de ne pas tourner en rond, faire tomber la conversation à plat et rendre le tout désagréable et peut-être même inconfortable et ce, même si elle ne sembla pas trop choquée ou embêtée par le fait que nos doigts étaient désormais entrelacés. Plus encore, je crus même sentir qu’elle avait serré l’étreinte de nos mains, mais trop peu certain, puisque c’était encore subtil, et j’aurais pu mettre ça sur le compte de la nervosité ou un truc du genre, je me ravisai de me faire de fausses idées, me concentrant sur ce qu’elle vint à me dire. Au bout du compte, elle me donna de petites pistes, sans vraiment trop m’aiguiller, me laissant quelque peu dans l’embarras, ne sachant pas tant par quoi commencer. Pire encore, elle ne me laissa pas l’occasion de m’en tirer avec la réponse de la banalité, du manque d’intérêt envers ma personne, me mettant en garde avant que je dise quoi que ce soit, d’une façon qui ne me frustra pas, mais qui eut pour effet de me faire rire doucement, trouvant cela même adorable. Après, il était clair que ça ne venait pas m’aider. Obligé de m’accorder un temps de réflexion supplémentaire, j’en profitai pour prendre une bouchée de mon hot dog et de la mastiquer, premièrement parce que ce n’était pas poli de parler la bouche ouverte, mais de plus, cela me donna encore quelques secondes pour réfléchir. Puis, une fois que je fus prêt - ou plutôt, que la discussion devint inévitable - je lui dis:  « Eh bien… Quand j’ai du temps libre, au vu des journées que je passe à l’hôpital, j’aime bien le prendre à m’installer sur le canapé devant une série… » Oui, j’étais en train de m’ouvrir sans trop de problème au final, ce n’était pas un souci. Mon souci était que je me rendais compte que je le faisais à moitié, et alors que normalement, cela me convenait, là, je trouvais que ce n’était pas suffisant. Je ne m’expliquais pas pourquoi, mais ce fut plus fort que moi d’ajouter:  « J’aime bien les séries médicales et policières, parfois des sitcoms plus légères. » Je marquai une nouvelle pause, puis je me rappelai la seconde chose qu’elle avait soulevé, ajoutant donc:  « Sinon niveau musique, je ne suis pas difficile, j’apprécie ce qui passe à la radio généralement. » Ça, je ne le disais pas que pour banaliser ma réponse, mais parce que c’était vrai. De toute façon, c’était souvent ce qui passait dans mon quotidien; dans la voiture, dans la salle du personnel à l’hôpital. Évidemment, quand une chanson me plaisait davantage, je la rajoutais sur mon portable, mais rare étaient les moments où j’en écoutais vraiment comme ça, à proprement parler, préférant le son de la télévision quand je voulais avoir une ambiance dans mon appartement.  « Quand j’ai plus de temps, j’aime aller en randonnée, que ce soit à pied ou en vélo. » Somme toutes, cela faisait quand même pas mal le tour, à mon avis. Enfin, si jamais Amy voulait savoir autre chose, elle pourrait le demander, mais qu’elle le veuille ou pas, répondre à ses questions faisait en sorte que moi aussi, j’avais envie d’en savoir davantage. Évidemment, je ne passais pas outre ce qu’elle m'avait dit plus tôt, d'où le fait que je lui demandai ainsi:  « Et toi alors, si jamais je te mets… au défi de passer outre le « Il n’y a pas grand-chose à savoir sur moi », que pourrais-tu me dire ? » Sachant que ce n’était pas une question tout à fait banale que je venais de lui poser, pas pour elle en tout cas, de ce que j’avais compris, je me permis de lui sourire doucement, ajoutant inévitablement un petit air suppliant, sincèrement désireux d’en apprendre davantage sur elle.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Sam 2 Déc - 4:01    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Il était clair et net que je m'intéressais à lui. De part sa gentillesse qu'il avait à mon égard, et de bien d'autre manière qui plus est. Peut être était-ce flagrant, que je demande ses goûts , bien que je ne pensais pas avoir trop déborder, ne voulant pas être des plus directs avec lui. Ce n'était pas vraiment dans ma nature, puis j'adorais tourner autour du pot plutot que de dire ou demander franchement en temps normal. Et même là, cela me gênait. Peut etre car j'avais peur qu'il fasse des supposition qui pourrait s'avérer vraies à mon sujet, ou un truc du genre. Mais au final, il vint à s'ouvrir, me relatant de ce qu'il faisait lors de son temps libre. Regarder des séries chez lui. Ma foi, ca semble tout à fait normal et pas mal malgré tout, et même le type de série qu'il regardait ne me dérangeait pas plus que ça puisque je regardais ce genre série aussi, bien que je n'étais pas non plus difficile, aimant un peu tout. Je me mis à sourire, ne me lassant pas de l'écouter en finissant mon encas dans un même temps. Il me donna ses gouts musicaux ainsi que certain passe-temps que je pouvais -ou non- apprecier. Mais cela m'en apprenait plus sur sa personne, et pour cela, j'étais attentive. Je mis les déchets dans une poubelle dès qu'on passa près d'une tandis qu'il me lancait la question d'une autre manière, en demandant plus sur moi. « Y'a pas grand chose à savoir sur moi tu sais... » Fis-je en me mettant à ricaner quelque peu, pour commencer ma phrase fétiche, juste pour le taquiner, faisant semblant d'arrêter la conversation à cela. Bien évidemment, je me repris avant de commencer à parler de nouveau : « Non franchement... Je fais pas tellement de chose en dehors de mon travail. Je suis un peu trop plongé dedans par moment. Mais sinon j'aime bien écrire et lire durant mon temps libre... Ca me permet de m'évader, ou poser sur écrit des idées sortis de mon imagination rare. » Je disais aussi qu'il n'y avait pas grand chose, surtout car je n'avais pas une vie palpitante ou autre, c'était à peine si je vivais vraiment, était surtout en mode automatique, me réveillant, allant travailler, rentrant chez moi, et on recommençait une journée, semblable. « J'aime bien jouer de la musique aussi. Je fais de la flute traversière et du piano... Mais je n'en joue plus énormément pour ne pas embêter mes voisins ! Et il m'arrive de chanter avec mon frère parfois. » Mais mon frère restait la plus grande fierté de la famille de toute manière. Il avait réussi se rendre plus célèbre que par l'entreprise du paternel. Je réfléchissais un peu, pour savoir de quoi parler par la suite. Je n'avais pas grandement d'idée... Mais oui, j'avais demandé son type de musique, alors autant donner le mien : « Pour mon style de musique... J'en ai pas spécialement, j'écoute de tout. Mais j'apprécie les chansons douces ou les vieilles chansons des années soixante. » Ah ça... C'était à force de traîner avec mon père qui aimait ce genre de musique. J'avais grandis avec Jim Morrison, Johnny Cash, Joe Cocker et autre. Ce n'était pas vraiment le style de musique que tout le monde écoutait en vrai, du coup je me trouvais bien ridicule au final de lui avoir dit, comme si cela faisait une réelle différence. « J'ai l'air d'une grand mère maintenant... C'est malin ahah... En plus... Le pire... C'est que j'adore tricoter! » Je me mis à rire nerveusement sur le coup, ne sachant comment il réagirait à une vie dont je ne profitais pas vraiment. Mais bon.... Je n'allais pas lui raconter, par ailleurs, que lorsque je travaillais sur mes dossiers à la maison, j'aimais mettre du piano en fond avec un bon verre de vin à la main. Ca faisait bobo, mais j'avais grandis dans ce genre d'ambiance, alors j'avais appris à apprécier cela. « Niveau sport mis à part un footing tous les trente-six du mois et un peu de natation... J'ai la chance de manger sans grossir donc... Je pratique pas ! » Bon... J'avais fais le tour... Je pense en tout cas... Je baissa la tête, faisant tomber mes cheveux sur le côté, mon oreille ne retenant plus les mèches rebelles. « Y'a pas grand chose qui a vraiment de l'importance dans tout ça. » Je cherchais de quoi parler, quoi lui poser comme question ou autre, mais les seules questions que ma curiosité me poussait à entrevoir était son type de femme, chose que je ne demanderait certainement jamais, ne voulant pas me faire griller autant. Je baissa simplement davantage la tête, afin de voir nos mains liées, et en sourire doucement. « Ca fait combien de temps que tu travailles à l'hopital sinon ? » Je n'avais pas trouver mieux... J'aurais parfois envie de me donner des gifles...

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Dim 3 Déc - 0:04    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Amy disait-elle qu’il n’y avait pas grand-chose à raconter à son sujet parce qu’elle n’avait pas confiance en elle ou bien parce qu’elle le pensait vraiment ? Je n’en savais trop rien, et je ne le sus pas dans un premier temps, puisque visiblement, elle semblait déterminée à se jouer un peu de moi, en venant à me sortir sa soi-disant phrase fétiche. Décidant de ne pas m’en vexer, je me contentai de sourire de façon gênée, comme si je ne savais pas comment réagir. C’était le cas d’une certaine façon, puisque je ne savais pas si je devais en rire ou bien si elle était sérieuse. Au bout du compte, peut-être aurais-je pu pencher pour la première option, considérant le fait que peu de temps après, elle vint à commencer à me parler d’elle, de ce qu’elle aimait faire. Et ce fut ainsi que je découvris une personne qui était tout sauf une personne qui n’avait pas grand-chose à dire d’elle-même. Par ses dires, je découvris ses passe-temps, je me montrai admiratif de son intérêt pour la musique, je me montrai curieux de l’entendre chanter à un moment ou un autre, ou juste de l’entendre jouer d’un instrument, si elle me permettait de l’écouter un jour. Je me montrai amusé de l’imaginer en train de tricoter tranquillement, sans pouvoir m’en moquer toutefois, parce qu’en toute franchise, je trouvais ça tout simplement adorable. Était-ce le fait que j’étais aveuglé par la personne qu’elle était que je voyais les choses ainsi, de façon toute rose ? C’était possible, je n’allais pas le nier, mais en même temps, cela ne me déplaisait pas, bien loin de là. Plus que ravi d’avoir appris tout ça sur elle, je refusai qu’elle vienne à dire que ce n’était là que des banalités. Enfin, elle était en droit de le penser la concernant, mais déterminé à lui montrer que pour moi, ce ne l’était pas, je secouai la tête, ayant tout juste le temps de lui dire après-coup:  « Ce n’est pas sans importance… » Malheureusement, je n’eus pas l’occasion de lui en parler davantage, puisqu’elle renchérit en me posant une nouvelle question, toute simple, dont la réponse était bien facile à trouver. Sans trop d’hésitation, je lui répondis donc:  « Ça fait cinq ans environ, mais deux que je travaille aux urgences. Avant ça, je me promenais un peu partout, selon les besoins, puis j’ai passé six mois en gériatrie. » Et disons que ça n’avait pas été les six mois les plus agréables qui soit, non pas que je n’aimais pas la clientèle, mais parce que trop souvent à mon goût, les vieilles dames s’émoustillaient pour un rien, ou bien s’offusquaient de voir un homme apparaître dans leur chambre pour s’occuper d’eux, plutôt que de voir une femme. Je savais bien que dans les stéréotypes classiques d’infirmiers, c’était quelque chose à quoi je devais m’attendre, mais il n’en demeura pas moins que ça m’avait placé dans des situations inconfortables par moments et ce, même si j’estimais et que j’étais considéré aussi compétent que mes collègues. Bref, l’essentiel était que j’étais pas mal plus heureux aux urgences, surtout qu’il n’y avait pas de temps mort, toujours des imprévus, toujours de nouveaux cas. Il était évident que sur les heures de travail, ce n’était pas l’idéal, compte tenu qu’il pouvait toujours y avoir du temps supplémentaire, mais pour le moment, cela ne me gênait pas. Après, si jamais je me devais d’avoir une vie plus stable, peut-être faudrait-il m’ajuster, mais actuellement, ce n’était pas un problème. Ne jugeant pas nécessaire de le présenter ainsi pour le moment toutefois, je terminai de manger mon hot dog, me débarrassant à mon tour du morceau de papier qui était enroulé autour dans la première poubelle que je trouvai, continuant la route avec la jeune femme. Décidé à lui poser une nouvelle question sur elle, je commençai à réfléchir, jusqu’à ce que je me rende compte que sur notre route, nous nous étions approchés des différents manèges proposés. N’étant plus un gamin, je n’étais plus tant surexcité à l’idée de tous les faire, mais il y en eut quand même un qui capta mon attention; une grande roue. Pas trop haute, juste agréable, ou du moins, suffisamment pour que par curiosité, je demande à ma compagne de la soirée:  « Tu y es déjà montée ? La vue sur la mer est magnifique de là-haut. » Après, si elle avait une peur des hauteurs ou quelque chose du genre, je n’allais pas la forcer, mais si elle avait envie de la voir, ou juste d’y passer un moment, alors clairement, je n’allais pas m’y opposer.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Dim 3 Déc - 1:20    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Je n'étais pas vraiment sûre de moi lorsque je lui dévoilais tout ça sur moi. En soit... Je n'avais jamais autant parler de ma personne, de ce que j'aimais écouter, faire et autre. Mais bizarrement, même si je m'en sentais quelque peu gênée, je n'en étais pas réellement dérangée. Dans le sens où j'avais vraiment peur de ce que cela pouvait entraîner, qu'il me prenne pour une vieille fille ou autre. Bien sur, la crainte était là, mais je n'étais concentrée sur ce fait, bien que j'en vins à dire que tout ça n'était rien d'important. Malgré ma réussite professionnelle -en tout cas dans ma vision- j'avais peu confiance en moi... En même temps, il y avait de quoi, ma mère était ambitieuse et  avait gravit les échelons rapidement, mon père avait une entreprise on ne peut plus sérieuse et mon grand frère avait une sacré réputation dans son travail qui le rendait célèbre. J'étais un peu le vilain petit canard, voulant un boulot tout simple, sans vraiment de reconnaissance, qui pouvait aider les gens comme je le pouvais, et cela me suffisait. Mais je n'arrivais tout simplement pas à faire fi du jugement des autres, de leurs regards. Alors j'avais toujours tout gardé pour moi, comme si je le devais, comme j'avais peur de la critique. Mais malgré ça, je me sentis rassuré de l'entendre que ce n'était pas rien, ça me faisait même plaisir pour tout avouer, mais je changeais de sujet, cherchant à ne pas montrer cet embarras que j'avais, du fait que j'étais contente de ses mots, qu'au final, je ne regrettais absolument pas de m'être ouverte ainsi. Je fronçais doucement les sourcils lorsqu'il me répondit. Cinq ans ? C'était pas rien tout de même. « J'étais si occupée que ça pour ne pas t'avoir vu plus tôt à l'hôpital ? Je travaille depuis cinq ans en tant qu'assistante sociale à plein temps et je vais depuis près de quatre ans assez régulièrement à l'hôpital pour des cas... Ou faire des visites de vérification... C'est dommage... » Je me mis à rougir furieusement en me rendant compte de ce que je venais de dire... Ou en tout cas ma propre interprétation de ça. Oui... Je venais clairement de lui dire que j'aurais apprecié le rencontrer plus tôt, et que là, quand je suis venant l'enquiquiner à la fin de son service, je l'avais bien remarqué. En soit... C'était la pure vérité mais ma pensée avait était dite sans que je change quoique ce soit entre deux, et j'aurais bien voulu devenir toute petite et m'enfuir dans un trou de souris.
Heureusement pour moi, il me posa une question en remarquant la grande roue, le remerciant quelque peu de ça. Je fis non de la tête devant lui en me mettant à rire. « Petite, j'ai jamais voulu y aller. Je pensais que la roue se décrocherai et roulerai en nous emportant. Ca m'a terrifiée pendant des lustres. Mais maintenant, je pense que cette vilaine imagination ne me fera peur. Mais non, je n'ai jamais eu la chance d'y aller. » Parce que je n'avais pas envie d'y aller seule de toute manière, et puis je n'allais que rarement sur la promenade, préférant aller sur la plage, et marcher les pieds dans l'eau un petit moment plutot que sur le béton, quand je m'y rendais -ce qui était ma foi rare-. Puis, dans un élan de confiance, je lui confessais d'une voix un peu plus basse : « Et je ne dirais pas non pour y aller avec toi si la vue est si jolie que tu le dis. » fis-je avec un petit sourire aux coins des lèvres, je faisais un peu comme si j'en doutais, mais de base, déjà depuis là où nous étions, c'était tout simplement beau, alors je n'imaginais pas vue en hauteur. Puis le temps s'y prêtait aussi, il n'y avait pas franchement de vent, et il faisait bon, alors je n'allais nullement refuser une invitation comme celle ci, surtout de Luke.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Dim 3 Déc - 2:51    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Je dus avouer que je fus quelque peu surpris de la réaction de la jeune femme quand je vins à lui dire depuis combien de temps je travaillais à l’hôpital. Dans un premier temps, je pensais qu’elle posait cette question que par curiosité, que pour en savoir davantage à mon sujet, autre que mes occupations, qui étaient bien peu variées à côté des siennes. Visiblement, cela cachait autre chose. Ou bien cette réaction lui était venue de façon spontanée ? Parce qu’elle se rendait compte ici et maintenant que nous aurions pu nous croiser avant aujourd’hui ? Voire même il y avait de cela cinq ans ? Puisque si j’avais bien compris, cela faisait aussi longtemps qu’elle travaillait dans ce domaine que moi dans le mien. Ne sachant pas trop comment réagir, tout ce que je fus faire, ce fut de dire, dans un rire un peu nerveux et un haussement d’épaules peu convaincant:  « L’hôpital est grand, quand même… », sachant parfaitement que c’était une excuse pourrie, bien que vraie. Plus encore, je me doutais bien que ce n’était pas en gériatrie que se trouvaient les cas pris en charge par les assistants sociaux, même si bon, cela n’excusait pas grand-chose. Et puis, en tenant ces propos, je me rendis compte qu’effectivement, peut-être aurions-nous pu nous rencontrer auparavant, mais que cela n’était pas arrivé. Pourquoi ? Comment ? Je ne saurais pas le dire, et définitivement, je ne le saurais jamais. Ce que je pouvais dire par contre, c’était:  « Oui, mais au moins, nous avons fini par nous rencontrer… » Me calmant quelque peu, je souris timidement, sentant toutefois l’urgence de détourner quelque peu le sujet, histoire de ne pas mettre un malaise dans la conversation. C’est alors que la grande roue apparut devant nous, comme un signe, comme un sauveur dans le cas présent. À tout hasard, puisque je ne voulais pas proposer directement de nous y rendre, je demandai à la jeune femme si elle y avait déjà fait un tour, en venant à apprendre que ce n’était pas le cas, en venant à apprendre ses craintes à ce sujet. Pendant un instant, je dus admettre que je me sentis un peu coupable de lui avoir proposé, mais rapidement, elle vint à calmer mes craintes quand elle vint à accepter ma proposition sous-entendue, soit de m’accompagner dans la grande roue pour profiter de la vue, puis du coucher du soleil qui commençait à se présenter à l’horizon. Plus détendu, je lui servis un sourire, et plus encore, je me permis même d’être plaisantin - à croire que je n’avais plus peur qu’elle me trouve ridicule et mauvais - en lui disant:  « Ne t’en fais pas, si jamais la roue se détache, je volerai tel Superman pour la retenir. » Bon, ce n’était pas vrai, mais sans m’expliquer pourquoi, j’avais envie qu’elle se sente à l’aise, qu’elle n’aie pas peur en ma présence, de la protéger en quelques sortes. Ne m’étalant pas non plus dans ma plaisanterie, d’autant plus que je savais que je ne pourrais pas la tenir bien longtemps sans la faire foirer, je guidai subtilement Amy en direction de la dite grande roue. Juste avant d’y arriver, nous fîmes un détour à un guichet pour y acheter des billets, billets que je payai moi-même, tant pour elle que pour ma personne. Les deux morceaux de papier en main, nous aurions très bien pu continuer notre chemin jusqu’à la roue, mais avant, par simple politesse, je me tournai vers Amy, lui demandant, doucement, sincèrement:  « Prête ? », encore et toujours déterminé de ne pas imposer quoi que ce soit, lui montrant que oui, il me faisait envie de me rendre dans la grande roue avec elle, mais encore fallait-il qu’elle soit partante elle aussi.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Dim 3 Déc - 12:01    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

La vérité ? J'avais terriblement envie de revenir sur le sujet que je fuyais. Tout simplement parce que les dires de cet homme étaient tout bonnement adorables. Bien sur que l'hopital était grand, mais tout de même, personnellement je trouvais cela dommage, au vu du nombre de sourires que je faisais à la minute -en soit je n'en faisais qu'un mais durant de longues minutes- Je pense qu'on fond, nous avions rater des choses. Et je ne contesta pas ses autres paroles parce qu'au fond, il avait totalement raison : nous nous étions rencontrés malgré tout et c'était ça le plus important. Nous aurions pû passer à côté de ça, bien que je ne connaisse pas le fin mot de l'histoire, cela serait certainement -au moins- une amitié qui durerait. En tout cas, je pouvais bien l'imaginer comme ça.
Puis vint le moment où j'aurais du être ridicule, mais que même si raconter cette anecdote de ma peur de la grande roue quand j'étais enfant était pour moi quelque plus embarrassant qu'autre chose, cela alla, dans le sens où le brun me mettait à l'aise. Il n'avait pas eu ce rire moqueur que j'attendais quand je le disais à quelqu'un et j'avouais avec honnêteté que cela changeait, faisait du bien. Néanmoins, il plaisanta sur le sujet. Rien de très grave, me faisant même rire moi aussi. Superman hein ? Il me dirigea -puisque je n'avais pas voulu me détacher de lui- vers le guichet, payant nos deux places. J'aurais très bien pu grogner un peu, car je n'aimais franchement pas qu'on en vienne à payer pour moi mais je n'en fis rien, ne voulant pas mettre un malaise que je ne saurais expliquer, ou que je n'avais, en fait, surtout pas envie d'expliquer. Entre temps, j'avais laché sa main, non pas pour rompre tout contact avec lui, mais pour lui attraper le bras, sans aucune honte, me serrant quelque peu contre lui, comme pour lui signifier que je prenais sa petite blague au sérieux, que je lui faisais confiance et que, depuis le début, je me sentais en sécurité avec lui -parce que sinon, je n'aurais jamais accepter aucun rendez vous et je ne serai pas monter dans sa voiture- Je lui passais un petit sourire quand il vint me demander si j'étais prête, puis sagement, j'acquiescais. «  Oui ! » Alors, j'avançais avec lui, gardant son bras telle une peluche qui nous aide à nous endormir quand on a une petite crainte. Non pas que j'avais réellement peur, mais mon père ayant le vertige, puis cette imagination de gamine horrible que j'avais ne m'avait pas aidé, et cela ne m'intimidait pas, mais m'impressionnait surtout. Bien vite arrivés, ce ne fut pas long pour nous installer dans une nacelle, où je gardais ma proximité avec sa personne. Je n'allais pas m'en plaindre, puisque je m'y sentais bien, comme rarement je me sentais en compagnie d'autres gens, même des amis proches. Je me mis à sourire doucement, ne sachant pas vraiment quoi dire ou faire, me contentant dans un premier temps de bien me caler, pour être à l'aise. J'eus presque un mouvement d'habitude, comme si je devais ranger mes lunettes, mais ce soir, je ne les avais nullement prises. Voila, je savais bien que j'avais oublié quelque chose, même si je devais avouer qu'elles ne me servaient à rien puisque je ne me voyais pas lire de petites lettres en ces lieux. La roue commençait à tourner, pour installer d'autres personnes, nous donnant assez de temps, de calme et autre. Je sentais une brise de vent, ayant oublier que la hauteur ferait qu'il y en aurait certainement : « Mmh... Si le vent me décoiffe et que je ne ressemble plus à rien, tu assumeras le fait de te promener avec une crinière de lion !  » Je pouffais de rire, bien que c'était réelle : ayant lavé mes cheveux juste avant le rendez vous, ils étaient un rien encore humide et s'ils prenaient le vent, ma chevelure bombait légèrement, prenant une plus grande place qu'a la normale. Bien sur, en réalité, je m'en fichais -de mes cheveux- mais il fallait avouer qu'en rendez vous avec un homme, ce serait pas mal de ne pas avoir des rebelles sur le haut de ma tête.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Dim 3 Déc - 17:08    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Avais-je vraiment réussi à faire disparaitre les craintes de la jeune femme avec mes propos un peu idiots et surtout peu sérieux ? Je n’en savais trop rien, mais pendant un instant, j’eus envie de croire que oui, compte tenu du fait que ce fut sans trop d’hésitation qu’elle vint à se déclarer prête à se rendre dans la grande roue. Ne me faisant pas prier donc, je fus partant pour prendre la route en direction du manège en question, mais pendant un instant, j’eus un discret moment d’hésitation quand elle vint à lâcher ma main, craignant que quelque chose clochait. Mais je me ravisai de me poser de plus amples questions sitôt que je la sentis enrouler son bras autour du mien, raison étant que je ne pouvais pas m’en plaindre. Au contraire, cela venait rendre la proximité encore plus évidente, le sentiment encore plus agréable, à un tel point que je m’autorisai à sourire doucement tandis que nous commencions à marcher pour de bon en direction de la grand roue. Comme sur toute la promenade, il y avait peu de gens qui attendaient pour monter dans le manège, faisant en sorte que nous ne tardâmes pas à voir la porte d’entrée s’ouvrir devant nous. Je donnai les deux places au préposé, puis nous nous installâmes dans une nacelle, l’un à côté de l’autre. Nous aurions pu être un en face de l’autre, mais je me disais que ce n’était pas approprié, pas alors que nous étions si proches depuis que nous étions arrivés sur la promenade. Ce n’était plus tant un secret après tout; voilà maintenant de longues minutes que nous nous tenions, main dans la main, bras dessus, bras dessous, comme si c’était naturel, comme si nous ne pouvions plus nous lâcher. Pourquoi briserais-je cette proximité alors, puisque celle-ci me rendait si confortable, si heureux d’être avec elle ? Ce serait paradoxal, et surtout particulièrement stupide. Installés donc, la porte se referma et la roue commença à tourner, sans toutefois atteindre le sommet dans un premier temps, juste suffisamment pour nous soulever de terre, et laisser la brise ambiante se manifester davantage que lorsque nous étions les deux pieds au sol. Compte tenu qu’il faisait bon, je ne m’en fis pas trop, mais cela sembla quelque peu embêter ma compagne, qui ne tarda pas à passer un commentaire pour me faire comprendre que le vent était susceptible de la décoiffer. Lui répondant d’abord d’un sourire amusé, j’ajoutai par la suite :  « J’assume déjà, ne t’en fais pas. » Je n’allai pas plus loin dans mes dires, même si au fond, quelque chose me chicotait. Ce n’était rien de grave, bien loin de là, mais c’était plutôt quelque chose que j’avais envie de lui dire, de lui faire savoir, en espérant ne pas la vexer ou quelque chose dans le genre. De ce fait, je crus bon de m’accorder un petit temps de réflexion, le temps de trouver mes mots, et quand je me sentis prêt, même si je sentais mon coeur battre la chamade, je dis:  « Tu sais, qu’importe tes passe-temps, si tu les trouves intéressants ou pas, qu’importe si tes cheveux sont en bataille ou pas… Ça ne change rien au fait que moi, je trouve ce que tu fais intéressant, même qu’en ait… Je t’admire, puisque tu fais des choses que jamais je ne saurais faire… » J’aurais pu continuer encore un petit moment en lui disant à quel point il me plaisait d’être en sa compagnie ici et maintenant à quel point je me sentais bien quand nous marchions main dans la main, à quel point j’étais heureux quand j’avais un message de sa part, comment je me sentais à l’aise de lui parler de tout et de rien, comme rarement je l’avais été. Mais pour le moment, je n’osai pas le faire, ne voulant pas trop en dire non plus. Et puis, il fallait avouer qu’entre-temps, je m’étais quelque peu perdu en la regardant, perdu dans son regard, à détailler discrètement les traits de son visage, puisque c’était la première fois que nous nous regardions ainsi, d’aussi proche, et j’avais le sentiment de la découvrir plus en détails, et je n’avais pas envie que cela cesse, même si cela me rendait certainement vulnérable, trahissait ce que je faisais, mais à quoi bon me gêner et m’en priver désormais ? En tout cas, je ne voyais plus de raisons de me rétracter, encore moins après ce que je venais de lui dire, qui était on ne peut plus vrai et sincère.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Dim 3 Déc - 21:33    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Je ne voulais pas tant ressembler à ces filles qui crise lorsqu'un de leurs ongles casse ou bien que leur coiffure se décoiffe, parce que je n'étais pas comme ça. Bien entendu je préférais le prévenir pour quoi il avait signé ce soir, au vu que j'aurai voulu étrangement être la plus jolie possible, que je puisse être du moins aujourd'hui. Et c'était une dure tâche à mon humble avis, mais cela ne regardait que moi. Je n'avais pas pris plus de temps pour me préparer, mis à part mes habits. Je n'aimais pas me dire que j'aurais pu passer des heures et des heures dans la salle de bain à me préparer en paniquant, en ne sachant comment me coiffer ou un truc du genre. Parce qu'en soit j'avais simplement lavé mes cheveux, les laissant onduler comme a leur habitude. De ce fait, je ne m'étais nullement prise la tête sur le coup, et cela m'aidait bien, car sinon je serais on ne peut plus angoissé à l'idée qu'ils repartent à l'état sauvage. Mais non, je l'avais pris à la rigolade, riant doucement et ne pouvant m'empêcher de me sentir on ne peut plus bien lorsqu'il vint a dire qu'il assumait ce qu'il se passerait. Je n'ajouta rien, trop occupé à rire de ça, parce que même s'il s'en foutait un peu -en tout cas j'imaginais- il avait la décence de me le dire malgré tout, et c'était vraiment adorable de sa part.
Par contre j'arrêta de rire quand il reprit la parole. Revenant quelque peu sur la conversation précédente, sur des points dont je n'aurais jamais penser qu'il pourrait revenir. M'expliquer que même si moi, je ne me trouvait pas interessante ou mes activités pas vraiment fameuses, lui, avait une tout autre opinion, parlant même d'admiration. Ca partait loin sur le coup. Après... Ce que je faisais, oui c'est vrai, je trouvais ça normal, mais c'était en partie avec mon éducation, ce besoin de me sentir constamment occupée après le décès de mon premier frère. J'en avais eu besoin, alors j'avais appris le piano et la flute lorsque je maitrisais avec facilité le premier instrument. J'avais aussi appris le mandarin, pensant que si je ne réussissais pas professionnellement, je pourrais toujours servir dans l'entreprise grandissante de mon père. Donc oui... Cela pour moi, c'était tout simplement banal. Et je devais avouer que l'entendre dire de sa bouche m'avait particulièrement émue. Puis, ayant fini, il me regardait, sans honte, comme si le fait d'avoir dit ça avait retirer la petite gêne qu'on pouvait ressentir quand personne ne parlait et qu'on se scrutait. Je me mis simplement à sourire, pendant un petit temps, venant moi aussi à contempler son visage, et surtout ses yeux, chose que j'avais déjà fais à l'hopital, car ces derniers me perturbaient. Ils refletaient tellement de choses... Que je pourrais simplement m'y perdre et restait ainsi durant un bon moment. Mais je repris une certaine contenance, enfin, intérieurement, parce que tout simplement, j'avais envie de me jeter à l'eau, plonger la tête la première, mais j'étais tétanisé à l'idée de le faire. Au final, j'arrêta simplement de réfléchir avançant mon visage, peu sûre de moi, mais continuant toujours, avant de venir poser mes lèvres sur les siennes, profitant de ce petit moment. Je me recula après un temps, je ne saurais dire combien de temps, j'avais complètement perdu le fil du temps à ce point. Mes joues prirent une teinte rosée que l'on pouvait distingué aisément, et bien rapidement, d'une petite voix, je vins à lui dire  « Je t'apprendrais à tricoter si tu le souhaites... » avec bien entendu une pointe d'humour, pour essayer de palier mon manque de confiance, alors que je ne savais plus où me mettre, ne sachant que faire dans ce genre de situation. Car je n'avais jamais vraiment eu de rendez vous comme ça... Et que je pouvais honteusement -ou pas?- dire que Luke était mon premier.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Dim 3 Déc - 23:56    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Même si je savais que je me devais de garder une contenance, que je me devais de ne pas fixer Amy pendant des heures sans que cela devienne particulièrement louche, je me rendais compte, petit à petit, que je ne pourrais faire autrement, pas en cet instant. Sans le vouloir, j’étais en train de me perdre dans son regard, m’y noyant sans savoir comment j’allais remonter, parce que j’étais bien, parce que son regard avait quelque chose qui faisait en sorte que je n’avais plus envie de m’y détacher, quelque chose qu’encore une fois, je ne pourrais pas expliquer. Pourtant, ce n’était pas mon premier rendez-vous avec une fille, une femme, mais cette fois-ci, je le sentais, c’était différent, et pas de la mauvaise façon. Précédemment, j’avais toujours senti ce besoin de me retenir, histoire de ne pas décevoir, de ne pas mettre de malaise. Et au final, je finissais par me sentir inconfortable moi-même, et je savais que je ne pourrais pas continuer plus longtemps. Avec Amy, ce n’était pas comme ça. Je ne me sentais pas complexé par celui que j’étais, mes réticences étaient simplement pour ne rien gâcher, mais ça n’avait rien à voir avec ma personne, mes complexes, rien de tout cela. Peut-être étais-je aveuglé de quelconque façon, mais j’avais le sentiment qu’elle m’acceptait pour qui j’étais, et que l’inverse était aussi vrai. Mais refusant de me faire de me fausses idées, je songeai lentement, mais sûrement, à reprendre un semblant de contenance, peut-être alimenter la conversation de nouveau, mais avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, sans que je puisse vraiment le prédire, Amy approcha son visage et soudainement, nos lèvres se retrouvèrent scellées ensemble. Surpris, mais agréablement surpris en fait, je ne pus la repousser. Plus encore, j’aurais voulu lui répondre comme il se le devait, mais ce moment fut trop court pour que je le fasse comme je le souhaitais. Ouvrant les yeux, que j’avais fermés dès le déclenchement du baiser, je la regardai doucement, ne sentant pas comment je devrais me sentir. Gêné ? Heureux ? Et elle, comment se sentait-elle ? J’avais bien remarqué que ses joues avaient légèrement rougi, mais après, était-ce parce qu’elle le regrettait ? Heureusement, je pus rapidement écarter cette possibilité, me disant que si jamais c’était le cas, peut-être n’aurait-elle pas plaisanté de la sorte. Riant doucement à son propos, sentant à cet instant précis que je ne saurais lui dire non à quoi que ce soit, je lui répondis, sur un ton de plaisanterie similaire:  « Pourquoi pas… » Cependant, je ne m’éternisai pas sur la question, me rendant compte que l’urgence d’embrasser ses lèvres était devenue trop forte. Cette fois-ci, ce fut donc à mon tour de me pencher sur elle et de lui voler un baiser, me permettant finalement de le lui donner comme je le voulais, soit tendrement, mais avec affection, cette affection que je lui portais, oubliant le reste du monde, ne me rendant même pas compte que nous étions finalement arrivés au sommet de la grande roue entre-temps, puisque le temps, les lieux, j’avais tout laissé de côté pour me concentrer sur la seule personne qui importait à cet instant précis.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Lun 4 Déc - 0:36    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Je ne m'attendais pas à ressentir tant de plaisir juste à déposer mes lèvres contre les siennes. Puisque je n'avais pas réellement ressenti ça les précédentes fois, avec certains garçons de ma jeunesse. Ou j'avais totalement oublié la sensation avec plus de cinq année de célibat -et encore... J'étais gentille en disant cinq- ? Ca, je n'en avais pas la moindre idée. J'avais éprouver le besoin, de sortir quelque chose de complètement ridicule pour ne pas avoir la bête envie de lui dire que j'étais désolé, que je me suis laissé aller. Parce que c'était faux. Je n'étais nullement désolé de l'avoir embrasser, même si j'avais encore quelques doutes. Doutes à propos de lui, à propos de moi, à propos de tout ça. Parce qu'au fond, ces questions qui me brulaient les lèvres n'avaient aucune réponse et j'avais agis sans réellement savoir. J'avais simplement laissé mes sentiments s'exprimer plus qu'a l'habitude et cela avait mené à ça, et au fait que j'étais rouge que moi-même, je pouvais sentir mes joues chauffer. C'était grave que j'en arrive à là. Jamais cela m'était arrivé, c'était quelque chose de nouveau et je ne savais pas comment réagir après tout ça. Cependant, je n'en eu pas réellement le besoin de suite, puisque le beau brun revint, m'embrassant alors de son propre chef après m'avoir donné une réponse à cette petite plaisanterie qui m'avait redonner un peu de contenance. C'était doux... Tendre... Délicat. Tel que des frissons m'envahirent, et que je sentis le besoin de passer ma main dans sa nuque, continuant tout simplement à l'embrasser, dans cette même subtilité, cette même douceur qu'il m'offrait. Mon coeur battait la chamade, sans que j'arrive a le calmer. Il était inévitable que j'avoue que Luke me mettait dans tous mes états. Etait-ce normal ? Je n'en savais rien. Je me détestais un peu sur le coup, j'étais une novice dans le milieu, et j'avais eu peur de m'attacher, un tant soit peu, aux gens m'entourant, et je réalisais maintenant que je l'avais simplement dans la peau. Depuis le premier jour que je l'ai vu et depuis nos premiers échanges... Amoureuse ? Peut-être bien au final, je n'en connaissais pas le gout, ni la couleur, ni même la sensation, alors peut etre bien que c'était ça. Je décolla nos lèvres doucement, rouvrant les yeux pour le regarder comme si cela me donnerait des réponses. Mais ce fut le cas, et certaines de mes questions trouvèrent des réponses. Je me pinça les lèvres, restant taiseuse un petit moment en le fixant, retirant d'un geste lent ma main qui était rester près de son cou.  « Donc personne qui partage ta vie... » en disant cette réponse que j'avais donc trouver comme une grande, dans un murmure. Parce que quand bien même nous parlions, nous nous voyons, rien ne m'affirmait qu'il était seul. Peut etre les fleurs... Il est vrai... Et le fait qu'il me répondait assez rapidement aux messages... Mais bon... Je me mordais la lèvre, hésitant sur la marche à suivre à présent, ou quoi dire de plus...

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Lun 4 Déc - 2:09    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Tandis que j’étais plongé, pleinement engagé dans ce nouveau baiser que nous étions en train d’échanger, une nouvelle sensation vint s’ajouter dans le lot, une sensation à laquelle je ne m’attendis pas tant, qui vint me prendre à la nuque, m’arrachant des frissons. Ce n’était rien de désagréable, même s’il me fallut quand même quelques secondes pour comprendre que ce qui se trouvait là, ce n’était pas le vent, ce n’était pas un ballon perdu par un enfant dans l’air, mais bien les doigts d’Amy qui y avaient trouvé refuge dans une caresse légère, délicate, qui me plaisait au plus haut point. De ce fait, je ne la repoussai pas, faisant durer le baiser le temps que celui-ci put durer, soit le temps que nous ne manquions pas de souffle et que cela ne devenait pas déplacé ou quelque chose du genre. Au bout d’un moment, nos lèvres se détachèrent toutefois, lentement, comme si c’était une corvée de devoir imposer cette distance entre nous deux. Plus encore, quand elle vint à retirer ses doigts de ma nuque, je sentis que c’était devenu soudainement vide, comme si sa main avait bel et bien trouvé sa place là, et qu’en peu de temps, j’avais appris à connaître son contact et l’apprécier, comme lorsque nous marchions ensemble plus tôt, main dans la main. Avec elle, nul besoin de se poser un paquet de questions, nul besoin de savoir si je faisais les choses correctement. Bien sûr, j’avais eu mes petites hésitations, mais celles-ci n’avaient jamais durer bien longtemps, et franchement, cela me faisait sentir bien, me faisait sentir à l’aise, à un tel point que lorsqu’elle vint à supposer que je n’avais personne dans ma vie, non seulement, je n’eus pas de mal à secouer la tête avec un petit sourire pour lui signifier que non, je n’avais personne dans ma vie, mais de plus, je décidai rapidement de ne pas laisser ce propos en plan, ne tardant pas à reprendre mon sérieux, chercher mes mots un instant, et finalement lui dire:  « Je n’ai personne qui partage ma vie, et je croyais que cela me convenait, mais je me rends compte qu’en fait, peut-être pas… » Bon, j’avais beau avoir envie de lui dire certaines choses, il n’en demeurait pas moins que je ressentais quand même le besoin de réfléchir un peu à mes propos, histoire de ne pas me tromper, parce que quand même, ce que je m’apprêtais à dire, ce n’était pas rien, ou du moins, à mes yeux, ce n’était pas une banalité. Cette petite introduction me permit d’y penser un peu mieux, et finalement lui dire, quand je fus prêt:  « Mais plus j’apprends à te connaître, plus je me dis que j’ai envie de te faire une place de plus en plus grande dans ma vie… Et j’aimerais bien, si on me pose la question, de dire que oui, j’ai quelqu’un… » Naturellement, je ne lui demandais pas de venir s’installer avec moi, de l’épouser ou quoi que ce soit du genre, mais je voulais simplement lui montrer mon attachement, lui montrer que si jamais elle le souhaitait, je voudrais qu’à mes yeux, elle ne soit plus simplement une personne à qui j’envoyais des messages, mais quelqu’un que je voyais et surtout, que j’appréciais grandement, suffisamment pour la faire entrer dans ma vie et pas juste pour une sortie occasionnelle, mais de façon plus sérieuse, sans grand engagement, sans pression toutefois. Mais ça, l’avais-je bien demandé ? L’avais-je bien fait savoir à Amy ? Maintenant, ça me rendait nerveux, et comme pour le trahir, je pinçai les lèvres, attendant sa réaction, particulièrement tendu.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Lun 4 Déc - 4:39    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

J'étais ailleurs... Comme j'étais là. Je ne me sentais pas encore de reculer davantage, comme si cela romprait le charme et l'euphorie que je contenais en moi, ayant peur que cela m'explose au visage malgré tout, comme si j'en avais peur. Alors oui, rapidement, je fis taire mes doutes en posant les faits a voix haute, les lui dirigeant pour bien signifier que je parlais de sa situation amoureuse. Je souriais simplement lorsqu'il secoua la tête, allant dans mon sens. Ce n'est pas comme si j'étais soulagée mais je l'étais réellement, de savoir que je n'avais pas un voile qui m'empêchait d'avoir toute ma lucidité, et d'au final, ne pas voir des choses flagrantes qui aurait pu avoir, comme une petite amie, ou des desseins moins flatteurs. Mais apparemment, il n'y avait rien de tout ça, et je ne regrettais absolument pas de l'avoir embrasser en ayant pris mon courage en main et en évitant de trop réfléchir à tout ça. Je reposa ma main sur mes cuisses, essayant de l'arrêter, alors que sa seule envie, était de repartir à sa place, contre la peau de Luke. C'était étrange, d'être aimanté de cette manière. Puis je l'écoutais, ne fuyant à aucun moment son regard. Ses mots étaient prononcés d'une manière... Je ne savais pas, mais qu'il se dit que peut-être, être seul n'était pas réellement ce qui lui convenait m'avait fait rater un battement, ne sachant plus où j'en étais, et pourtant... Mon coeur battait tellement fort que je le sentais pulser avec vigueur. Mais, ce n'est pas tellement ça qui me fit perdre pied complètement. Ce fut tout simplement la suite. Je ne m'y attendais absolument pas, et peut être que cela se vit sur mon visage, la surprise mêlée à je ne sais quoi. Hésitante, je pris parole : « Je suis pas sûre d'avoir compris... » ou du moins, ce que j'avais compris me paraissait fou, et assez rapide pour tout avouer. Alors oui, je lui avais simplement dis ça, timidement, d'une voix qui refletait peu de confiance. Peut être que j'aurais pu tout simplement lui répondre, rapidement, mais je me tourna un peu, pour réaliser que nous étions bien plus en hauteur, et que comme il l'avait dit, la vue était magnifique. Je pris un moment pour admirer le paysage avant de soupirer un petit : « J'ai un peu froid » parce que le vent était un peu plus présent, alors, je me collais davantage à lui, venant, audacieusement, prendre son bras pour le placer sur mes épaules, je prenais des initiatives, me surprenant moi même. « Même si tu t'en fiche peut-être... Faut que je te dise que... J'ai pas eu de grande relation. Je sais pas comment ça marche. » Je baissais un peu les yeux, un peu honteuse de lui expliquer, ou même peut etre honteuse de moi, que je ne me sois jamais plus interessé à tout ça. Avec une grande hésitation, je continua, essayant de faire au plus court. « Et la seule fois où je me suis... Comment dire... Décoincé ? La personne s'est juste amusé à prendre ce qu'elle voulait puis à déguerpie aussi vite. M..Mais avec toi, je sens que t'es pas comme ça... Et.. Et du coup je n'ai plus si peur de tout ça.» Ca me faisait mal d'en parler, parce qu'au final, mis à part mon frère qui était dans la confidence, tout le monde croyait que j'étais épanouie, à tout niveau de ma vie. Ce qui n'était pas forcément le cas. Mais on a tous nos bêtes noires, la mienne, c'était de me faire rouler, ou qu'on piétine mes sentiments encore une fois. « Et... Et j'ai ces mêmes envies... De te connaitre davantage, de te laisser entrer plus encore dans ma vie, plus que comme on le fait en se parlant par messages... Alors si tu veux bien d'une fille totalement nulle et qui n'y connait rien en amour, si ça te fait pas peur et bien... Ca ne me dérangerai pas non plus de dire que mon coeur est pris. » Après cet aveu de taille, je revins le regarder bien que rapidement je baissa la tête, parce que je réalisais, en disant tout ca, qu'une chose était sûre au final : « Bien que c'est déjà trop tard, mon coeur est déjà sans dessus dessous a cause de toi... » et ce dernier me le rappelait encore et encore en battant toujours aussi fort, que j'en percevais l'écho sans arret de sa part.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

avatar
Luke Drake

★ messages : 389
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Lun 4 Déc - 14:02    

Amy & Luke
Make my heart go haywire
She's everything I wanted to say to a woman but couldn't find the words to say. She's got whatever it is I don't know what to do. Because every time I try and tell her how I feel. It comes out "I love you"

Je savais que mes propos n’avaient pas été des plus clairs, que peut-être aurais-je pu être plus concis, choisir d’autres mots, laisser mes gestes parler pour moi, mais je dus admettre que malgré tout, je fus quelque peu perturbé d’entendre Amy me dire qu’elle n’avait pas compris. Pris de court, je ne sus pas si je me devais de recommencer en d’autres mots que je n’avais pas eu l’occasion de réfléchir ou quelque chose du genre. Puis, avant que je sois parvenu à trouver quelque chose à dire, elle reprit la parole, venant faire en sorte que là, c’était moi qui ne comprenait pas. Était-ce parce que justement, ma déclaration avait été si affreuse que ç’avait mis un froid dans la discussion, dans cette proximité qui était en train de s’installer entre nous deux ? Heureusement, je pus rapidement écarter cette idée, soit dès qu’elle vint faire en sorte que mon bras vienne entourer ses épaules. Par la même occasion, je pus écarter l’idée d’avoir mis un malaise dans la discussion, me donnant alors le loisir de me détendre quelque peu en laissant mon bras l’étreindre un peu plus, histoire de rendre le contact agréable, et non pas étrange comme cela semblait l’être dans un premier temps, surtout en raison du stress qui était venu momentanément m’envahir. Après, il était évident que cela ne venait pas régler l’incompréhension que la jeune femme crut ressentir, donc je voulus quand même rectifier le tir, mais encore une fois, elle fut plus rapide que moi, en venant à reprendre la parole, venant m’avouer que les relations amoureuses stables, ça ne la connaissait pas, que ça n’avait qu’engendré la peur chez elle, peur qui, heureusement, semblait s’estomper quand il était question de moi. Au final, je commençai à croire que je pouvais mettre son hésitation sur le compte de la surprise, ce qui était logique et légitime, compte tenu du fait que je m’y étais pris sans vraiment crier gare, puisque précédemment, tout ce qu’elle avait fait, c’était supposer que je n’avais pas de relation amoureuse quelconque en cours. Préférant de loin cette explication, je décidai de faire avec celle-ci, passant outre ce problème, accusant réception de ce qu’Amy vint dire avec un plus grand enthousiasme que si j’avais continué à me remettre en question, à remettre mes propos en question. Encore mieux, je me permis même de sourire quand elle vint à m’avouer que je la bouleversais ainsi, me disant que ça ne pouvait être que positif, que je ne devais pas m'en sentir coupable de quelconque façon, surtout qu’il fallait que j’avoue quelque chose de ce côté, soit:  « C’est la même pour moi… » Suite à ces propos toutefois, mon sourire vint quelque peu s’estomper, non pas que je m’attristais de quoi que ce soit, mais simplement parce que je souhaitais reprendre mon sérieux avant de poursuivre, puis lui dire, calmement:  « Je ne suis pas un expert des grandes relations non plus… Et il y a bien des choses encore aujourd’hui que je n’arrive pas à m’expliquer. » En gros, je voulais lui signifier qu’elle ne devait pas se sentir complètement démunie et seule dans tout cela. Prenant une petite pause, je m’octroyai le droit, de ma main libre, de prendre sa main dans la mienne, avant d’ajouter:  « Bien souvent je me suis senti inconfortable, et je laissais tout s’écrouler. Mais je n’ai pas envie de ça avec toi. Je me sens bien en ta compagnie, je sens que je peux être moi-même, et ça me fait un bien fou, que je n’ai jamais ressenti auparavant… Tu es un véritable rayon de soleil dans ma vie depuis que tu y es entrée…» Ayant toujours pour habitude d’être celui qui ne veut pas faire trop de remous et qui jouait les caméléons pour plaire aux autres, là, cela me changeait grandement de ne pas devoir cacher qui j’étais, mais en même temps, cela me faisait un bien fou, comme je venais de le lui dire. Ensuite, je crus bon de conclure mes dires, terminant donc en disant:  « Et je ne veux pas que ça s’arrête… Au contraire, je veux que ça continue de plus belle, quitte à ce qu’on apprenne ensemble… » Et quand je parlais d’apprendre, je parlais d’apprendre à vivre heureux, apprendre ce que c’était, se faire confiance, plonger tête première dans une relation amoureuse. Au final, peut-être que oui, c’était énorme ce que je venais à lui demander, mais c’était un risque que j’étais prêt à prendre désormais, probablement plus que jamais.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I found a woman, stronger than anyone I know + she shares my dreams, I hope that someday I'll share her home + I found a love, to carry more than just my secrets + To carry love, to carry children of our own - Perfect
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t5994-luke-x-you-can-t-break-a

avatar
Amy Sherman
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 594
Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦ Lun 4 Déc - 15:10    

Luke & Amy
Make my heart go haywire

Je ne savais pas comment il allait prendre mon petit discours, si j'avais bien fais de le faire, de m'exposer ainsi pour une 'simple' proposition de sa part qui n'avait rien de simple en soit. Durant tout le temps où j'avais parlé, je m'étais rendue nerveuse, nerveuse au point de devoir tenir un pan de ma robe afin de tripoter doucement pour essayer tant bien que mal de ne pas m'en faire, de redirigé tout cet aspect nerveux que j'avais. Parce qu'il avait des choses que je n'avais pas dit, et que je me disais qu'il était simplement trop tôt pour me prononcer réellement dessus. Parce que j'aurai pu rajouter bien des choses. Comme quoi, même si cela faisait un petit temps qu'on se connaissait, j'étais a l'aise avec lui comme personne n'avait jamais su me mettre en confiance, que j'adorais sa voix, que le fait qu'il me demande toujours mon avis ou quoique ce soit d'autre avant de faire quelque chose était simplement adorable et que peu de gens faisait ça, autant en générale que pour moi. Mais je m'étais dis que je devais faire court, ne pas lui raconter pour simplement lui raconter, mais pour qu'il comprenne que cette proposition, je l'avais comprise comme ça, mais qu'étant tout simplement novice en la matière, je ne savais pas si c'était si bien que ça, malgré mon envie flagrante. Au fond, c'est moins qui n'a pas su me retenir de lui voler un temps ses lèvres après qu'il m'ait simplement dit des choses jusqu'a m'émouvoir. Je ne pus que relever la tête quand il avoua que c'était pareil pour lui, alors que j'essayais par dessus tout de faire taire mon coeur, cela me gênant plus qu'autre chose -la sensation de ressentir chaque battement-, je lui souris simplement, plus gênée qu'autre chose quand il reprit parole, en quelques sortes, je l'avais quelque peu obligé a faire des même aveux. Je me sentais un peu coupable, mais ce sentiment s'effaça un peu lorsque je sentis sa main sur la mienne, revenant à ce contact si simple et appréciable. Mais ma gêne ne disparut point, me mettant à rougir un peu plus encore quand il vint à dire que j'étais un rayon de soleil dans sa vie, je l'illuminais tellement que ça ? En soit... Quand j'y pense, c'était on ne peut plus pareil de mon côté, c'est comme si j'apprenais à vivre, ou du moins, que je commencais à vivre. C'était perturbant, mais grisant aussi... Il réitéra sa proposition, d'une autre manière, me faisant sourire, peut etre mes yeux s'humidifiaient un peu, mais je m'en fichais, c'était simplement l'émotion, voir qu'un homme pouvait tant faire pour moi -pour me mettre à l'aise, pour qu'on se fasse confiance... Qu'on débute quelque chose- me mettait dans tout mes états. « J'ai pas non plus envie que ça s'arrête. » Fis-je en secouant timidement la tête, allant dans son sens. J'étais d'accord avec lui, j'avais envie de continuer à le voir, plus souvent aussi, qu'on se connaisse à un point où je pouvais connaitre ses petites habitudes, lui offrir tout ce dont il a besoin, à commencer par le fait qu'il puise arrêter de ne pas être lui même avec les autres. Parce que malgré tout, je ne comprenais pas pourquoi il faisait ça, c'était un garçon plein de ressources, intéressant et juste mignon à souhait -dans ses actions-, sans compter qu'il pourrait aisément devenir mannequin avec cette gueule d'ange qu'il possédait. « C'est plutot pas mal comme second rendez vous... » lui dis-je en jetant un oeil vers la vue qu'on avait, en tournant doucement, bien que rapidement je revins le scruter, esquissant un sourire aux coins des lèvres, camouflant le fait qu'en moi, à cet instant l'hésitation me prenait de court, ne sachant réellement si je devais sauter, quitte à peut-etre faire un plat. « Du coup... Je peux dire que je suis prise... » avant de céder une dernière fois à la tentation -en tout cas pour le moment- en venant l'embrasser, bien plus sûre que la fois précédente, pour lui partager toutes mes émotions qui déferlaient en moi en ce temps, me laissant étreindre un peu plus, et me sentir on ne peut plus bien.

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

I couldn’t help but ask For you to say it all again. I tried to write it down But I could never find a pen. I’d give anything to hear You say it one more time, That the universe was made Just to be seen by my eyes.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6059-amy-sherman

Contenu sponsorisé

Message Re: Make my heart go haywire ~ Lukamy    ♦    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Make my heart go haywire ~ Lukamy
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Test: Premier make-up
» raketa open heart (avec deux photos odieusement pillées à Alexandr2 du forum watch.ru)
» Mes différents make-up P3
» Les make up de Lynxia (up du 8/12)
» [Galerie des make-up de Trashy-Doll] Tatouage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
◊ I LOVE MIAMI ♥ :: « All Around The World » :: ⊱ Retour en arrière-
Sauter vers:  
Nos chouchous du mois
Christian Duncan
Allie S. Blake
S. Meryl stevenson
Jayden Hamilton
Fiches PUB
HTTP:// pub rpg design.
HTTP:// bazzart.