AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 

 [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Caroline E. Powell
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 606
Message [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home    ♦ Sam 2 Déc - 13:08    

Collin & Caroline
I'm happier when you're at home

Tout s'enchaine trop vite en ce moment. Et franchement, c'était bien pour me déplaire. J'avais fait de belles conneries, je m'étais bien pris la tête aussi avec certaine personne, et j'avais même revu mon ex qui m'a laissé une belle trace en me voyant dans la rue. J'en avais assez, et de ce fait, je restais bien souvent à la maison. Mes congés, mes jours de repos, je l'ai passé à l'appartement. Bien souvent j'étais seule, j'avais appris à l'être depuis bien longtemps. Puis mes soeurs se familiarisait avec Miami autant que Collin j'imaginais, et j'en étais heureuse pour elles, qu'elles s'habituent de plus en plus en Miami, qu'elles s'y sentent bien, c'était très bien pour elles.
Mais cela me ramenait à un soucis bien plus égoïste. Le soucis que pendant ce temps, je ruminais toute seule. Que je pensais à des choses et d'autre qui n'étaient pas vraiment bonnes par moment. Et étant 'malencontreusement tombée', j'étais posée sur le canapé, à regarder la télévision, une poche de glace sur le côté droit de mon abdomen et un verre d'alcool à la main gauche, sans vraiment savoir quoi faire d'autre, passant des épisodes d'une série que je ne regardais que rarement. Parce qu'en soit, j'étais plutot à sortir, aller voir Jayden, ou essayer de me débarrasser de certaines choses en remplissant diverses papiers.
Au final, je prie le téléphone, pour appeler ma mère. Chose que je n'avais pas vraiment faites durant ces derniers mois, bien que je devais le faire depuis un moment, comme je l'avais déjà dis à mon petit frère il y a un temps.
Après plusieurs coups, j'entendis la voix de ma très chère maman, et d'une voix peu assurée, je commençais donc :

"Allô Maman ? Oui... Oui c'est Caroline. Hmm... Oui ça va ça va.... Non y'a aucun soucis avec eux. Je t'appelais pas pour ça en vérité... Je... Je voulais simplement te demander si tu pouvais arrêter de payer mes frais d'hôpitaux et de kiné ? ... Non non, c'est pas que j'en ai plus besoin... C'est que je ne veux plus que tu payes pour mes conneries.... Oui je sais que j'avais déjà le dos abîmé et que je suis un peu maladroite mais c'est pas vraiment ce genre de connerie dont je parlais... En vérité, tout ça c'est par rapport à Kain... Non... Non je l'ai quitté... Oui ça peut aller... J'ai porté plainte mais bon... C'est pas ça qui va l'empêcher de quoique ce soit... Oui... Oui c'est aussi pour ça que je ne vous appelais pas trop... Non je ne leur dirai pas... Je me fiche d'avoir des circonstances atténuantes Maman..."

La discussion continua un peu, avant que je ne décide de raccroché, avant que cela ne devienne une cour de justice à distance. Au moins, c'était dit... A demi-mot, mais malgré tout c'était dit. C'est là que je me disais que mon gros ours en peluche de ma chambre d'adolescente me manquait terriblement, car je commençais à me sentir mal de tout ça...

(c) Mayiie

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

L’amour est un tyran qui n’épargne personne.
On a peine à haïr ce qu'on a bien aimé.
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6025-caroline-e-powell-a-flow

avatar
Collin L. Powell
Je ne vis que pour le sexe et la fête

Je ne vis que pour le sexe et la fête
★ messages : 91
Message Re: [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home    ♦ Dim 3 Déc - 3:51    


I'm happy when you're at home

Feat

Caroline E. Powell...
Ma sœur ! La plus grande des trois. C'est elle qui m'héberge à Miami. Je n'ai pas grand chose de plus à dire, on a un lien de sang et elle est cool.
.
.
.
Son patron (et copain ?) m'a laissé sous entendre des choses glauques avec son ex, je vais essayer d'être moins dur avec elle.



Putain ! Quelle murge ! J'ouvre les yeux dans un décor flou, je bouge difficilement, j'ai l'impression que mes membres sont tout engourdi et je sens que ma joue est humide. J'ai cette foutue habitude de ronfler et de baver abondamment quand je me suis pris une taule. Je relève la tête en me frottant nonchalamment le visage. Comme si quelques frictions allaient pouvoir me remettre les idées en place.

Ma deuxième action de la journée, si on considère que ce réveil désorienté est la première, est de poser mes yeux hagards sur le réveil. Je pense loucher. Il doit être 11h16 ... Mais non, c'est bien 16h11 que je vois ... Je sors mon téléphone, espérant que le courant avait sauté pendant la nuit et que le réveil déconnait à plein régime, mais non, mon smartphone m'indique la même heure - ainsi que trois nouveaux messages - mais je ne me sens pas de les lire. Je n'ai pas envie d'avoir un descriptif de ma soirée. Surtout que vu le trou noir, j'avais probablement fait tout est n'importe quoi.

Je me sens totalement sale et con de me rappeler si peu de la veille. J'avais trop forcé, je sais que j'étais parti me marrer avec Trisha, mais visiblement, je n'étais pas rentré chez elle ou inversement ... Oula ... Je vérifie vite mon téléphone pour savoir si je n'avais pas merdé : non, elle me demande si je vis toujours. En me regardant dans le miroir, je me pose quand même la question. Une analogie sur The Walking Dead me semble bien sentie.

Je parviens enfin à trouver un équilibre  digne de ce nom et je vais me prendre un caleçon avant de me passer mon peignoir par dessus. J'ouvre la porte, direction la salle de  bain lorsque j'entend ma sœur parler. Je sens l'importance de ce qu'elle raconte alors je reste percher là haut, en partie penché sur la rambarde, ne ratant aucune miette de tes aveux, bien qu'ils ne me soient nullement destinés.

J'attend qu'elle raccroche alors pour l'alerter de ma présence à l'aide de ma toux rocailleuse de fumeur. Mais pas n'importe lequel des fumeurs : celui qui sort de guindaille et se lève. Je ne décolle pas de ma position, attendant qu'elle se retourne pour parler. Entre temps, j'avais évidemment enfilé mon peignoir.


Aucune peine ne mérite d'être tue, Miss Powell.

Je descend alors doucement des escaliers en levant l'index vers le ciel, signe que je n'avais pas terminé de parler. Je ne le faisais jamais avec Caroline, cette manière autoritaire de conserver la parole devait au moins assez la surprendre cette fois pour qu'elle ne s'y essaye pas.
Par la suite, je ne donnerais pas chère de pareille insolence.


Tu peux refuser que mère t'aide pour tes problèmes de santé. C'est ton choix et tu en es libre. Mais ne dénigre pas le plus beau cadeau qu'elle nous ait fait à tout les cinq : nous donner des frères et sœurs sur qui pouvoir reposer.

J'avance alors vers le canapé où elle se trouve, je dois empester l'alcool, ou de vieux relents tout du moins, mais tant pis. Il s'agit de ma sœur. Et je peux comprendre qu'elle a besoin de quelqu'un. Alors  quoi de mieux que la famille ?


Bon là, j'avoue qu'il va falloir te reposer contre un sac pas très frai, mais c'est déjà ça, non ?

Lui dis-je avec mon éternel sourire aguicheur les bras bien écartés, comme si je l'invitais à venir s'y blottir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Caroline E. Powell
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 606
Message Re: [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home    ♦ Dim 10 Déc - 19:06    

Collin & Caroline
I'm happier when you're at home

C'était pesant d'être dans une impasse comme celle ci. Je ne me sentais à ma place nulle part. Je ne méritais aucunement le soutien de ma mère, au vu de tout les non-dits qui régnaient depuis un temps... Et un sacré temps en plus de cela. Des années, a me laisser faire alors qu'avant, j'étais une battante, qui proteger comme elle pouvait ses soeurs quand elle en avait le pouvoir. Enfin... Fallait croire que j'aimais simplement jouer les justicières pour les autres. Je soupirais. Un bon verre me ferait certainement du bien. Je n'allais pas me noyer dans l'alcool, mais juste pour décompresser... peut etre.
J'allais simplement me lever quand j'entendis la bonne toux de Collin. Comment ne pas la reconnaitre. Depuis le temps. Je devais même avouer etre assez admirable qu'il ne soit pas encore mort. Je me retourner pour le voir, et l'entendre aussi alors que je fronçais les sourcils, voulant lui demander depuis quand il était là. Mais je ne le fit pas, de par son geste qui mériterait que je le gifle pour qu'il ait une once de respect en plus a son ainée. Mais je n'étais nullement comme ca. Je le regardais, descendre avec sa tenue digne des pires réveils, avec le légendaire peignoir. Cela avait un reflet comique, mais j'avouais que la situation ne me prêtait pas à rire sur le coup. Mais étrangement, bien que je me sentais mal, il est vrai que d'avoir un chez soi un peu plus vivant, faisait du bien, faisait en sorte que cela passait mieux... Il vint s'installer sur le canapé. L'odeur n'était pas tellement agréable, il sentait l'alcool et la fumée, un cocktail qui ne me donnait franchement pas envie mais qu'importe.

Mais au final, je n'eus pas la force de le contredire ou autre parce qu'il n'avait pas tort. Et que j'avais envie de le caliner malgré tout. Alors je plongea simplement contre mon horrible petit frère en fermant les yeux.

"Tu pues quand même beaucoup mais c'est pas grave. Tu t'es bien amusé hier on dirait."

Fis-je en parlant on ne peut plus fort, pour faire mon role de grande soeur bien chiante, qui vérifiait simplement si son petit frère avait une gueule de bois où il fallait ne fallait pas hausser la voix pour ne pas que cela résonne dans son crâne.

"T'étais là depuis quand ?"

(c) Mayiie

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

L’amour est un tyran qui n’épargne personne.
On a peine à haïr ce qu'on a bien aimé.
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6025-caroline-e-powell-a-flow

avatar
Collin L. Powell
Je ne vis que pour le sexe et la fête

Je ne vis que pour le sexe et la fête
★ messages : 91
Message Re: [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home    ♦ Jeu 21 Déc - 13:07    


I'm happy when you're at home

Feat

Caroline E. Powell...
Ma sœur ! La plus grande des trois. C'est elle qui m'héberge à Miami. Je n'ai pas grand chose de plus à dire, on a un lien de sang et elle est cool.
.
.
.
Son patron (et copain ?) m'a laissé sous entendre des choses glauques avec son ex, je vais essayer d'être moins dur avec elle.



Quelle chiante, cette jeune femme-là. Je viens en renfort comme un brave petit frère portant sa blanche armure de chevalier blanc et voilà qu'elle se mettait à me torturer. Je grognais en guise de réponse lorsqu'elle termina sa tirade à haute voix (très haute voix).


Inutile de crier ... Tu es dans mes bras. Mais oui, j'ai pas mal festoyer hier ...

Dis-je en couvrant un bâillement de ma main. Je venais de me réveiller et je n'étais pas toujours une flèche pour être complètement dedans. Mais là, mon cerveau était bien réveillé, sûrement avait-il senti le besoin de compagnie de ma sœur. Par contre, mon corps était à peu près au même niveau qu'une pomme de terre en terme de vivacité (ce qui n'est pas beaucoup, il faut l'avouer).

Qu'avais-je entendu ? Une question légitime, surtout pour quelqu'un qui cherchait à enfouir ses peines plutôt que de les exprimer à ses proches. Nous étions un soutien qui, pour des valeurs mal placées, n'était pas utilisé. Hélas pour elle, j'avais entendu assez pour savoir qu'il y avait un gros problème.


Sinon, je n'ai pas entendu grand chose. Enfin, seulement depuis les frais de kiné que tu voulais faire arrêter.

Ironisais-je. Car ça ou tout, c'était équivalent. Et si j'étais plutôt libertaire, je ne pouvais décemment laisser ma grande soeur broyer du noire sans bouger le moindre petit doigt.


Et je flairais quelque chose. Ton patron n'est pas la personne la moins bavarde. Et à force de discussion, je me doutais qu'il se tramait un truc pas tout à fait net avec ton ex'.


Dis-je sans prendre la peine de mentionner son prénom.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Caroline E. Powell
MODO ★ TACTILE
MODO ★ TACTILE
★ messages : 606
Message Re: [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home    ♦ Ven 12 Jan - 23:46    

Collin & Caroline
I'm happier when you're at home

Je me mis à rire lorsque je le vis grimacer quelque peu en grognant. On aurait dit un ours mal léché qui venait de finir son hibernation pour voir la lumiere du fond de sa grotte. Après, je devais bien avouer que j'étais cruelle de faire ça, mais ca me faisait du bien -de torturer quelque peu mon petit frere oui..- de me changer les idées en embetant ma famille comme avant. Mais bon, il avait bien le droit de faire la fête, il est en pleine fleur de l'âge. On dirait une vieille a parler ainsi... Je lui demandais donc depuis quand il était là. Et encore une fois, il me répondait, une pointe taquin comme à son habitude. Je soupirais un peu, même si cela me faisait plus rire qu'autre chose là aussi.

"Mouais... Jayden est une pipelette..."

Mais je ne pouvais clairement pas lui en vouloir. Il devait s'en faire lui aussi, même si j'allais mieux niveau moral -en tout cas je l'espérais-. Le niveau physique c'était encore a discuter, mais j'essayais de me reprendre en main de diverses manières, même si cela voulait dire demander a ma mère de ne plus payer le kiné ou autre, parce que même si mon dos était en comporte, j'avais ma fierté mal placé, parfois pire qu'un mec.

"On va dire que ce n'était pas tant le mec parfait que je pensais. J'étais jeune et con, je l'ai bien payé, c'est aussi simple que ca."

J'avais du mal a en parler, je faisais comme si je savais que ce n'était pas ma faute, mais pour tout dire, j'étais encore dans cette phase de me dire que peut etre, je ne méritais pas ce qui m'est arrivé, mais c'était difficile, surtout quand j'ai tout quitté pour le suivre, quitte a abandonner ma famille, et que maintenant, la plupart était avec moi, et daigner me parler. J'avais de la chance après tout...

"Et toi les amours ?"

Ce n'etait pas un changement de sujet bien subtile mais j'avais du mal a en parler, et je restais contre mon petit frère, bien qu'entre nous, ca a plutot été plus de bagarre qu'autre chose. On change tous au final... Mais pas tous en bien... Et pour moi, je ne savais pas franchement si mon changement etait bon ou mauvais. Collin... ? Certainement bon, bien qu'il est toujours comme je l'ai connu. C'est mon petit frère, je ne pourrais surement jamais le detester.

(c) Mayiie

────────────☆ ♥ ☆ ♥ ☆────────────

L’amour est un tyran qui n’épargne personne.
On a peine à haïr ce qu'on a bien aimé.
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
http://i-love-miami.jeunforum.com/t6025-caroline-e-powell-a-flow

avatar
Collin L. Powell
Je ne vis que pour le sexe et la fête

Je ne vis que pour le sexe et la fête
★ messages : 91
Message Re: [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home    ♦ Lun 15 Jan - 22:35    


I'm happy when you're at home

Feat

Caroline E. Powell...
Ma sœur ! La plus grande des trois. C'est elle qui m'héberge à Miami. Je n'ai pas grand chose de plus à dire, on a un lien de sang et elle est cool.
.
.
.
Son patron (et copain ?) m'a laissé sous entendre des choses glauques avec son ex, je vais essayer d'être moins dur avec elle.



Ma grande soeur et moi n'avions pas toujours eu de bons moments. Une légère différence d'âge qui, enfants, pouvait faire la différence. Mais à présent, tout cela est derrière nous : le destin nous a rassemblé à Miami. Sans être un mariage, c'était pour le meilleur et pour le pire.

Puis il faut bien avouer que j'avais naturellement plus d'atomes crochus avec ma jumelle. Mais comment ne pas s'en faire lorsqu'on voit sa sœur, son sang, ainsi se morfondre ? Si je me serai largement défendu de ses indélicatesses en temps normal, là je ne faisai que grogner.

Fort heureusement, elle me confirma que son patron - Jayden - était une pipelette. Pour le coup, je m'en étais bien rendu compte. Bon, ça m'avait aidé à appréhender un probleme que je n'envisageais pas. Et mis à part avec de la tendresse, je ne voyais pas trop bien comment l'aider.

Du coup lorsqu'elle changea de sujet pour parler de moi, je souris : c'était tellement gros que cela en etait amusant. Mais parler de mes histoires d'amour, c'était toujours compliqué. Ma vie était une sorte de moulin. Je n'en tirai aucune fierté, mais pas la moindre honte non plus. C'était ma façon de vivre, du moins jusqu'à ce que je rencontre la bonne.


Oh bah, ils vont, ils viennent les amours. Tu sais bien, je ne cherche pas à me caser.

À moi de contre-attaquer, j'avais bien compris que son salopard d'ex, c'était du passé. Quoique ce genre de passé qui aimait surgir dans le présent pour bien vous ravager. Mais ça, ce n'était pas le point que  je voulais aborder. Son patron était très bavard, peut-être trop protecteur pour n'être qu'un simple patron, n'est-ce pas ?


Ôte-moi d'un doute ... Ton patron, Jayden, c'est ton petit-copain ?

Dis-je de but en blanc avec un sourire qui se voulait conquérant, mais arborant ainsi mon visage mal léché de lendemain de la veille ... Cela ne devait faire qu'une espèce de moue comique. Boarf, allez, assumons ça !


En tout cas, il me semble fort protecteur et un rien engagé dans ton histoire avec l'autre débile, vu qu'il s'est mangé un pain.

Oui, fort bavard.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Re: [Collin / Caroline] I'm happier when you're at home    ♦    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
[Collin / Caroline] I'm happier when you're at home
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Matin en Caroline du Sud
» Duel : Jane Austen n°6 - Caroline Bingley vs Elizabeth Elliot
» Caroline Forbes
» Caroline Lagerfelt [Anne - Mère de Spike] - Biographie
» La chanson de Caroline Baldwin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
◊ I LOVE MIAMI ♥ :: « Miami et ses secrets » :: ⊱ Living District :: Les appartements-
Sauter vers:  
Nos chouchous du mois
Meghan Hamilton
S. Meryl Stevenson
Tyler Scott
Camilla Warren
Fiches PUB
HTTP:// pub rpg design.
HTTP:// bazzart.